Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 23:19
L'environnement a été à ce point absent des commentaires et analyses sur le sommet du G20, le 2 avril à Londres, que certains en ont conclu - un peu vite - que le sujet lui-même avait été zappé de la réunion.

En fait, selon la déclaration finale, les leaders du G20 promettent de construire « une reprise soutenable et verte ». Notamment en investissant dans les technologies propres, innovantes et efficaces sur le plan énergétique. Mais sans donner d'engagement chiffré.
Les participants ont également adopté le texte suivant : « Nous réaffirmons notre engagement à adresser la menace du changement climatique (...) et à parvenir à un accord à la conférence des Nations Unies sur le Changement climatique à Copenhague en décembre 2009. »
Bref, des déclarations de bonnes intentions, ce qui est mieux que rien, mais ne mange pas de pain !
Comme le montrent deux études publiées à l'occasion du sommet, l'une de Greenpeace, l'autre de la banque HSBC, la part de l'environnement dans les plans de relance occidentaux est très insuffisante (voir cet article de Terra Eco). Alors que, comme l'a indiqué Corinne Lepage sur son blog, la Corée du Sud mise, elle, à fond sur la "relance verte".

Plus profondément, les liens
entre les deux crises, financière et climatique, auxquelles le monde doit faire face semblent encore échapper tant aux gouvernants qu'à la plupart des analystes. Sur ce thème, je vous conseille l'article de Thomas Friedman publié le 31 mars dans le New York Times (et repris hier 2 avril dans le International Herald Tribune)
Un excellent texte, qui évite les sempiternelles litanies anticapitalistes et millénaristes, à lire (en anglais) en cliquant ici.

Partager cet article

Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires