Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 14:32
IMG-0311.JPGLes Espagnols ont parfois la curieuse idée de traduire les titres des chansons.  Ainsi, dans un article publié dimanche 25 novembre dans l'édition basque du quotidien El Correo,  «  Candy's Room » est-il devenu « La habitacion de Candy ». Le soir même, ce titre, serti entre « Darkness on the edge of town » et « She's the one », a été l'un des moments le plus intenses du concert de Bruce Springsteen à Madrid (ci-dessus, photo de Thierry Saurat). Pour ses deux premiers shows européens, d'abord dans la capitale espagnole, puis à Bilbao, le Boss s'est montré encore plus en forme qu'en octobre au Madison Square Garden de New York. Pourtant, le E Street Bandeko (son nom en version basque par le jeu des déclinaisons, le quotidien Berria du 27 novembre titre sur Bruce Springsteenek !) aurait pu pâtir de l'absence de Danny Federici, atteint d'un mélanome. Mais ce dernier est remplacé par l'efficace Charlie Giordano, du groupe des Seeger Sessions. Autre défection, momentanée, celle de Patti Scialfa. Quelles que soient les qualités de son dernier album solo, force est de reconnaître que son absence passe quasi inaperçue...
Pour ces deux concerts mémorables, Bruce et le groupe ont été portés par des publics enthousiastes. Quoi qu'en dise Goscinny dans Astérix, l'Ibère est rarement froid ! A Madrid, l'ambiance était à la fois passionnée et respectueuse de l'artiste, tandis que les spectateurs de Bilbao, très exubérants, avaient pour certains d'entre eux abusé du cannabis et surtout de la bière. Il est vrai que cet excellent breuvage était distribué pendant le concert par des vendeur(se)s ambulant(e)s portant sur leur dos des bonbonnes le délivrant à la pression. Une invention démoniaque qui, je l'espère, épargnera la France ! Résultat : pour moi, le plaisir du spectacle a été quelque peu gâché par le "moron factor" (perturbation causée par des idiots).
Malgré ce "mais", le concert de Bilbao s'est singularisé par un son mieux réglé qu'à Madrid, et, surtout, six titres absents la veille : « Night », « Jackson cage », « Backstreets », « Darlington country », puis, en rappel, « Tenth Avenue Freeze Out » et un transcendant « Kitty's back ». Exceptionnels aussi, les deux soirs, « Magic », avec le violon de Soozie Tyrell, et « Reason to believe » en version blues.
A noter que Bruce a parlé en espagnol à Madrid, et dit quelques mots en basque à Bilbao.
A ce train, et malgré l'extinction de voix qui vient d'obliger Bruce à décaler de 24 heures son concert du 30 novembre à Arnhem (Pays-Bas), tous les espoirs sont permis pour le concert de Bercy le 17 décembre, et, dans la foulée, pour la tournée des stades à partir du 28 février aux Etats-Unis, puis de mai à juillet en Europe. Depuis quelques jours, les ouvertures de locations se succèdent en rafale, et dans le désordre, y compris pour le Parc des Princes le 27 juin. Après l'Ibère, l'été est bien parti pour être chaud !

Ci-dessous, la set list manuscrite de Bruce avec les titres prévus pour Bilbao.

bilbao26112007wp7.jpg

Kitty's back

Partager cet article

Repost 0

commentaires