Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 08:54
Un joli montage vidéo de Bruce tout jeune (désolé, c'est encore de Willis qu'il s'agit !) avec Cybill Sheperd (révélée en 1971 dans le merveilleux The Last picture show de Peter Bodganovich) dans la série TV des années 80 Clair de Lune, sur l'air de (bon dieu, mais c'est bien sûr !) ... Blue Moon.

Repost 0
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 21:01
Au cours de son concert de Charleston, le 16 août, Bruce Springsteen a chanté un morceau rarissime, Double shot of my baby's love, qu'il n'avait interprété auparavant que le 9 septembre 1978 et le 26 janvier 1981, les deux fois à South Bend (Indiana).

Ce morceau, qui glorifie coupablement les boissons alcoolisées, valut à ses interprètes originaux, les Swinging Medalions, la 17e place des charts américains en 1966. Son climat sonore évoque un autre tube de cette année-là, 96 Tears, de ? and the Mysterians, parfois repris aussi par Bruce, notamment en juillet 2003 au Giant's Stadium, avec Garland Jeffreys.

Vous pouvez découvrir ci-dessous la version originale, sur un amusant montage montrant des personnalités portées sur la boisson, ou réputées telles...




La version de Bruce, filmée par un amateur, est visible (ou, du moins, écoutable...) en cliquant ici.




Repost 0
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 21:00




Les deux principaux candidats à l'élection présidentielle US ont confié au magazine Blender le Top ten de leurs chansons préférées. Leurs deux classements ont pour seul point commun de faire figurer un illustre chanteur natif du New Jersey... Non, il ne s'agit pas de Bruce Springsteen, mais de Frank Sinatra ! Obama classe en 7e position You'd Be So Easy to Love, tandis que McCain attribue la 8e place à I've Got You Under My Skin.

Cependant, le Boss figure en 3e place chez Obama, fan déclaré, avec I'm on fire.

Les choix du candidat démocrate (Marvin Gaye, Stones, U2...) sont à l'évidence plus modernes que ceux de son adversaire républicain. Une question de génération... Le fait que McCain classe 2 titres d'Abba dans les 3 premières places fera bien sûr s'esclaffer les branchés. Mais un homme qui choisit des bijoux comme
Blue Bayou de Roy Orbison ou Good Vibrations des Beach boys peut-il être totalement mauvais ?

Les deux classements sont ici, avec des commentaires de Randy Newman (dont le nouvel album est une petite merveille) et du musicien Girl Talk.


Repost 0
3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 15:58
Au cours de nos périgrinations espagnoles pour les concerts de Bruce Springsteen, le sort nous a mis à plusieurs reprises en contact avec un certain Javier.

Comme tous les «socios » (membres) du Stone Pony, dynamique fan club espagnol, cet Ibère s'est montré d'une gentillesse et d'une bonne volonté à toutes épreuves.

Seulement voilà, Javier ne parle ni ne comprend un traître mot de la langue de Charles Aznavour ni (plus étonnant pour un fan d'un chanteur qui s'exprime dans cet idiome...) de celle de Frank Sinatra.

Du coup, la communication avec cet énigmatique personnage au look de chanteur de rockabilly a été pour le moins difficile. A Madrid, devant le stade Bernabeu, l'échange téléphonique entre Thierry Saurat et Javier a été un pur moment de nonsense, aussi hilarant que les canulars de Francis Blanche sur Europe N° 1 dans les années 60.

Mais l'épisode le plus surréaliste s'est déroulé à Barcelone. Traînant de lourds bagages par 30 ° C à l'ombre, nous cherchions les cars du Stone Pony aux abords du Camp Nou. Tombant sur Javier, nous lui avons emboîté le pas et accompli un long trajet autour du stade. Avant de comprendre... que Javier était lui-même perdu ! C'est grâce à nous qu'il a retrouvé ses amis, car, ayant repéré les lieux la veille, nous connaissions la localisation du parking où les cars de Stone Pony devaient logiquement se trouver...

Ci-dessous, un instantané exclusif (réalisé par Thierry Saurat) où l'on voit Javier (de dos, se grattant le crâne, au centre) croisant Phil Jump (de face, à droite), fondateur avec son frère Steve du fanclub anglais Badlands, devant le Camp Nou juste avant le concert du 20 juillet.

Repost 0
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 20:14
Lors des concerts de Bruce Springsteen à Barcelone, on avait remarqué un panneau de « requests », tenu par des spectateurs des premiers rangs, avec « Jersey Girl » d'un côté et « Pretty Flamingo » de l'autre. Deux morceaux, le premier de Tom Waits et le second de Manfred Mann, parfois repris sur scène par le Boss. Ce dernier, au Camp Nou, n'avait pas donné suite à cette demande.

Mais sans doute l'avait-il notée dans un coin de sa tête, car il a interprété ces deux chansons (bingo, c'était ma wish list  !) le 31 juillet lors de son dernier concert au Giant's Stadium, dans le New Jersey. Le lieu idéal pour interpréter « Jersey Girl »... Quant à « Flamingo », Bruce l'a chanté pour fêter le prochain
(re)mariage de son saxophoniste Clarence Clemons.

Ci-dessous, les deux vidéos live.







Repost 0
30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 20:40



D'après Billboard, magazine de référence de l'industrie musicale, Bruce Springsteen et le E Street Band ont raflé les neuf premières places du classement des concerts qui ont généré le plus de recettes ces derniers mois dans le monde.  Au top de ce hit-parade, les deux shows de Barcelone qui, à eux seuls, ont récolté plus de 14 millions de dollars !
Repost 0
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 16:54


Dans son excellent article paru dans le Rock'n'Folk d'août sur le concert du Parc des Princes le 27 juin, Thierry Saurat souligne l'importance du thème de la transmission familiale et musicale dans l'oeuvre de Springsteen. Une dimension également abordée par Hugues Barrière et Mikaël Ollivier dans leur remarquable livre Bruce Frederick Springsteen, récemment réédité dans une version totalement refondue aux Editions Castor Astral (on y reviendra plus longuement).

De ce point de vue, il est symbolique que, lors des rappels de ses deux concerts de Barcelone, le Boss ait fait monter ses enfants sur scène. Son fils jouant même de la guitare, tout comme Gaspard, rejeton de son vieux complice Elliott Murphy, l'avait fait au cours du concert du Parc des Princes.

Dans la ville de la Sagrada Familia (Sainte famille), l'étonnante cathédrale inachevée construite par Gaudi, Bruce a ainsi voulu marquer son rôle de passeur.

De même, sur le superbe mini-album Magic Tour Highlights paru la semaine dernière (hélas, uniquement sous forme digitale), Springsteen a regroupé des duos avec des chanteurs de différentes générations  (Roger Mc Guinn, fondateur des Byrds ; Alejandro Escovado, songwriter texan ; et Tom Morello, du groupe Rage Against the Machine). Et, avec les reprises de « Summertime blues », « Detroit medley » et « Twist and Shout », les concerts de la tournée Magic ont rendu hommage au rock des années 50-60.

Passeur de relais, Springsteen ne tombe pas pour autant dans la nostalgie et n'oublie jamais, via des chansons comme « Living in the future », de se colleter avec les problèmes de l'heure.


Repost 0
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 10:19

A part (même pas sûr !) Asbury Park (New Jersey),

Barcelone est certainement la seule ville au monde où le public :

- reprend en choeur la mélodie de "Young man on the flying trapeze", obscure chanson traditionnelle US dont la version instrumentale est jouée chaque soir de la tournée Magic pour l'entrée en scène du E Street Band

connaît par coeur les paroles de "Janey don't you lose heart", face B du 45 tours I'm going down, sorti au milieu des années 80.

Tout au long de ses deux concerts de plus de 3 h des 19 et 20 juillet au Camp Nou (plus grand stade d'Europe), Bruce Springsteen a été porté par un public (75 000 personnes chaque soir) à la fois connaisseur et enthousiaste. Sa réputation de meilleur public du monde n'est nullement usurpée. Ici, une fois le show du Refe (le Boss) commencé, personne ne se déplace pour aller boire une bière !

Particulièrement en forme, et bénéficiant d'une sono assez bien réglée (contrairement à celle de Madrid, le 17 juillet, si forte qu'on avait parfois l'impression d'assister à un concert de hard rock!), Bruce et le E Street nous ont livré le premier soir un setlist classique (pas de raretés, à part "Janey", déjà jouée à Paris, et une version décoiffante de "Cover me"), mais efficace.

Comme souvent, les surprises ont été pour le deuxième soir, avec la tour premiere de "I'm going down", et des morceaux rarement interprétés au cours de la tournée comme "Light of day", "Murder Inc", "Youngstown" ou "This hard land".

Marqués aussi par la présence sur scène, au cours du final, des enfants de Springsteen (on y reviendra), ces deux concerts bourrés d'énergie concluent donc en beauté la portion européenne de la tournée Magic.

A noter : Bruce a quitté la scène en annonçant qu'il reviendrait...

Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 10:20
                      photo Eitb 24


Le concert de Bruce Springsteen à Saint Sébastien (Donostia en basque), le 15 juillet, a marqué le grand retour de Patti Scialfa, absente de la tournée depuis de longues semaines.

Un comeback sans faute, marqué dès le début du show par un superbe "Tunnel of love". N'en déplaise à certains fans qui jugent minimal l'apport de Patti au groupe, sa présence enrichit le son en lui donnant des touches plus country, par exemple sur "Atlantic City", et donne au spectacle une ambiance plus festive et chaleureuse. Son duo avec Bruce sur "Tougher than the rest" a été l'un des grands moments de la soirée, avec "Incident on 57 th street" et un "Summertime blues" d'enfer.

Mais c'est l'ensemble du groupe qui, sans doute requinqué par quelques jours de farniente dans un palace de Donostia, était particulièrement en forme, avec - entre autres - de très beaux solos de saxo de Clarence Clemons (notamment sur "Hungry Heart") et un fabuleux duo (duel ?) de guitares entre Steve Van Zandt et Bruce sur "Prove it all night".

Ajoutez à cela l'enthousiasme du public basque et le fait qu'horaires ibères obligent, le concert se déroulait intégralement de nuit : tous les ingrédients étaient réunis pour un grandissime concert-marathon d'un peu plus de 3 heures, sans temps morts ni baisses de rythme (même "Mary's place", en version retravaillée, devient irrésistible !). Avec, en apothéose finale, un "Twist and Shout" d'anthologie qui montre que 23 ans après la tournée Born in the USA, le E Street Band reste au top mondial des groupes de stade...

Repost 0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 15:31

Dans une interview qui fait la « cover » de Rolling Stone, Barack Obama confie qu'il écoute sur son Ipod des chansons de Springsteen et de Dylan (notamment « Maggie's farm » et tout l'album « Blood on the tracks »). Il se félicite du soutien récemment apporté par ce dernier à sa campagne, après celui de Bruce. « Ces types sont des icônes », se réjouit-il. Le candidat démocrate indique aussi qu'il a eu une conversation téléphonique avec Springsteen, « passionné et humble », mais ne l'a pas encore rencontré. Pour Obama, la chanson « The Rising », souvent utilisée dans ses meetings, résume l'esprit de sa campagne.

Révélation : il a appellé Springsteen « le Boss », car « c'est comme ça que vous devez faire » !

Repost 0