Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 13:26

images-copie-16.jpeg
Dommage que les distributeurs français aient préféré sortir séparément les films de  Tarantino (« Boulevard de la Mort ») et de Rodriguez (« Planète terreur », dans les salles depuis cette semaine) et non pas en "double feature", comme cela avait été le cas aux Etats-Unis.  Car, au-delà des acteurs communs (Rose Mc Gowan et Tarantino himself) et d'une allusion à Jungle Julia, la DJ de «
Boulevard  », dans « Planète », les deux long-métrages forment un ensemble très cohérent en hommage aux films de série Z des années 70. La traversée de l'Atlantique nous donne 20 minutes supplémentaires dans le Tarantino qui, du coup, devient un «vrai» film excellement construit (avec deux parties indépendantes qui se "répondent", mis en images (la collision de la première partie est un sommet) et écrit (mention spéciale pour l'histoire du chat Zoé tombé dans une tranchée !). A voir donc, même si ce film est moins innovant que ne le furent en leur temps « Reservoir dogs » et « Pulp fiction ». Comme toujours chez Maître Quentin, la BO est riche en trouvailles, dont l'infectieux « Hold Tight » de Dave Dee, Dozy, Beaky, Mick and Tich, brillants seconds couteaux du rock british des années 60. La chanson de Springsteen « Racing in the street », dont le thème est la passion pour les voitures des années 60 (en l'occurrence, une Chevy de 1969), y aurait été parfaitement à sa place.
L'héroïne du film de Robert Rodriguez (interprétée par
Rose Mc Gowan) porte, quant à elle, le nom d'une autre chanson du Boss : « Sherry Darling ». « Planète terreur » est un remake/parodie amusant des films de monstres. Plus que Tarantino, dont le «Boulevard » offre une image globalement très «propre», Rodriguez a joué le jeu du « faux vieux film », avec d'innombrables rayures rajoutées numériquement  et une bobine manquante qui nous prive d'une scène «chaude».... Les personnages hauts en couleurs abondent dans « Planète terreur », comme ce patron de restaurant perdu au milieu de nulle part, qui, au milieu du chaos créé par les monstres, se préoccupe surtout de trouver la recette parfaite de sauce barbecue, ou le Dr Dakota Block, championne de la seringue.

. Mais l'image la plus frappante est celle de Sherry Darling qui tire sur les mutants avec une mitraillette fixée sur sa jambe qui a dû être amputée après un accident de voiture !
52d4211.jpg
Un regret : les fausses bandes annonces qui épiçaient la version US ont disparu, à l'exception de celle de « Machete ». Si vous allez voir ce «petit » film qui ne se prend pas au sérieux, un conseil : restez dans la salle jusqu'à la fin du générique, car une ultime image nous révèle qu'un personnage n'est (peut-être ?) pas vraiment mort...


« Racing in the street »

« Sherry Darling »

Partager cet article

Repost 0

commentaires