Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 13:06


Nous resterons sur Terre
, qui sort dans quelques salles de cinéma ce 8 avril 2009, est un beau projet raté.

L'idée était pourtant séduisante : combiner de superbes images de la planète en danger avec les avis éclairés de quatre grands témoins : Edgar Morin, Mikhaïl Gorbatchev, Wangari Manthai (Prix Nobel de la Paix 2004) et James Lovelock (père scientifique de l'hypothèse Gaia)
Hélas, les interviews sont débités en tranches si fines que la pensée de ces quatre grandes voix de l'environnement se trouve réduite à quelques formules et slogans.
De plus, les belles images ne le sont pas tant que ça. Les réalisateurs, Olivier Bourgeois et Pierre Barougier, usent et abusent de l'accéléré. Au point de quasiment plagier le film Koyaanisqatsi, sorti en 1982, qui avait lancé cette mode sur fond de musique de Philip Glass.
Et ce n'est pas tout, car aucun des lieux de tournage n'est précisé et aucun détail n'est fourni pour expliquer ce que l'on voit. Clairement, les réalisateurs ont privilégié le choc (supposé) des images au détriment de l'information. On sort de ce film sonné, convaincu que le monde court à sa perte, mais sans avoir appris quoi que ce soit sur la réalité des menaces environnementales. Et, pire, sans en savoir plus sur les solutions pour en sortir.
Bref, je serais tenté de dire : au lieu d'aller voir Nous resterons sur Terre, restez chez vous !
Mais peut-être suis-je trop sévère face à ce documentaire dont les auteurs ont incontestablement voulu et cru "bien faire"...
Alors, jugez-en par vous-même et allez le voir.
Vos avis sont les bienvenus.

Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 23:19
L'environnement a été à ce point absent des commentaires et analyses sur le sommet du G20, le 2 avril à Londres, que certains en ont conclu - un peu vite - que le sujet lui-même avait été zappé de la réunion.

En fait, selon la déclaration finale, les leaders du G20 promettent de construire « une reprise soutenable et verte ». Notamment en investissant dans les technologies propres, innovantes et efficaces sur le plan énergétique. Mais sans donner d'engagement chiffré.
Les participants ont également adopté le texte suivant : « Nous réaffirmons notre engagement à adresser la menace du changement climatique (...) et à parvenir à un accord à la conférence des Nations Unies sur le Changement climatique à Copenhague en décembre 2009. »
Bref, des déclarations de bonnes intentions, ce qui est mieux que rien, mais ne mange pas de pain !
Comme le montrent deux études publiées à l'occasion du sommet, l'une de Greenpeace, l'autre de la banque HSBC, la part de l'environnement dans les plans de relance occidentaux est très insuffisante (voir cet article de Terra Eco). Alors que, comme l'a indiqué Corinne Lepage sur son blog, la Corée du Sud mise, elle, à fond sur la "relance verte".

Plus profondément, les liens
entre les deux crises, financière et climatique, auxquelles le monde doit faire face semblent encore échapper tant aux gouvernants qu'à la plupart des analystes. Sur ce thème, je vous conseille l'article de Thomas Friedman publié le 31 mars dans le New York Times (et repris hier 2 avril dans le International Herald Tribune)
Un excellent texte, qui évite les sempiternelles litanies anticapitalistes et millénaristes, à lire (en anglais) en cliquant ici.
Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 20:07


Selon RTE, qui distribue l'électricité en France, l'opération Earth Hour du 28 mars dernier aurait permis d'économiser l'équivalent de la consommation d'électricité de Lyon un jour de pointe en hiver.

Le site d'Europe1 donne ici des détails chiffrés.

Alors, le jeu en valait-il - c'est le cas de le dire... - la chandelle ?
Vos avis sont attendus !

Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 19:28


L'Etat EDF : c'était le titre d'un excellent livre des journalistes Sylvie O'Dy et Frédérique de Gravelaine, paru à la fin des années 1970.

Trente ans, plus tard, on aurait pu espérer que les méthodes d'EDF avaient changé.
Mais l'affaire de l'espionnage informatique dont a été victime Yannick Jadot, ex-responsable des campagnes antinucléaires de Greenpeace France, révélée par le site Mediapart, semble bien indiquer qu'il n'en est rien.
EDF dénie toute responsabilité, et attribue les faits à un sous-traitant trop zélé.
« Si par extraordinaire les choses étaient vraies, dans quel pays vivrait-on ? », a déclaré Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, sur France Info.
Pour en savoir plus, cliquez ici sur le site du Nouvel Obs.

Que pensez-vous de cette affaire ? Vos avis sont les bienvenus !

Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 12:05
Claude-Marie Vadrot, journaliste et enseignant à Paris VIII, voulait donner hier 31 mars son cours sur la biodiversité en plein air au Jardin des plantes, en solidarité avec le mouvement des enseignants et chercheurs contre les projets de Valérie Pécresse.

Incroyablement, il en a été empêché par les services de sécurité du Jardin des Plantes et du Muséum d'histoire naturelle.
Une mesure en contradiction avec la longue tradition française de liberté universitaire, dont le directeur de la sécurité a ouvertement revendiqué le caractère politique.
Cliquez ici pour lire le récit que Claude-Marie Vadrot a posté sur son blog.
N'hésitez pas à réagir sur ce blog et/ou celui de Claude-Marie Vadrot, pour exiger, en particulier, des excuses de la part du directeur du Muséum.
Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 19:27

L'auteur de ce blog ne goûte guère les grands messes unanimistes où tout le monde fait à bon compte surenchère de vertu, comme la récente "heure de la Terre".

C'est pourquoi, à première lecture, j'étais d'accord avec le post de Claude-Marie Vadrot sur son blog toujours décapant (à lire ici), contre la Semaine du développement durable, qualifiée par lui de "poisson d'avril" car elle commence le 1er du mois prochain...
Pourtant, si institutionnelle qu'elle soit par certains aspects, cette Semaine est l'occasion de nombreux débats et campagnes de sensibilisation, menées tant par les communes que par les associations (voir les infos ici).
Alors, mieux vaut, à mon humble avis, juger au cas par cas, en dénonçant les cas où la Semaine du développement durable n'est que le prétexte à du "greenwashing", et en saluant les initiatives positives.
Tout en  dénonçant, comme vient de le faire Nicolas Hulot (lisez ici), le fait que l'expression "développement durable" soit mise à toutes les sauces.
Et en rappelant que le développement durable, ça ne devrait pas être juste une semaine par an, mais toute l'année...

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Faut-il boycotter ou non la Semaine du développement durable ?
N'hésitez pas à réagir !


Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 13:48

Le WWF a lancé un mot d'ordre mondial pour que chacun ferme ses appareils électriques le 28 mars 2009 de 20 h 30 à 21 h 30.


Vous pouvez lire son appel, repris par de nombreuses municipalités, en cliquant ici.
Cette Earth Hour est-elle une bonne initiative ? Pas si sûr ! Lors d'une précédente opération du même type, le 1er février 2007, Jean-Marc Jancovici avait fait part de ses doutes à Laure Noualhat de Libération :
« Cinq minutes d'éclairage d'un foyer, écrit-il, représentent 5 à 10 grammes de CO2 environ. Par comparaison, un seul kilomètre en voiture c'est 200 grammes, soit 20 fois plus.» En d'autres termes, les économies réalisées représentent l'équivalent de «50 mètres en voiture par foyer». Au-delà de son inefficacité sur le climat, faire le noir entretient la confusion : en France, l'électricité est en grande partie d'origine nucléaire. Or, cette technologie émet très peu de gaz à effet de serre, et n'est pas directement à l'origine du réchauffement. Pourquoi ne pas avoir proposé une «journée sans voiture» (8 kg de CO2 par voiture inutilisée en moyenne), une «journée sans chauffage» (20 à 40 kg de CO2 pour un logement de 100 m2 chauffé au gaz), ou sans achats (soit 8 kg de CO2 par Français en moyenne), ou encore une journée sans biftecks (économie de 1,5 kg équivalent CO2 par personne) ?

De plus, les distributeurs d'électricité, comme RTE en France ou Elia en Belgique, pointent le risque d'un effondrement du réseau si tous les participants rebranchent leurs lampes et appareils en même temps à 21 h 30. Du coup, le WWF Belgique donne, entre autres, ce conseil : commencez plus tôt et continuez après 21h30 (voir sa réaction ici).
Certains affirment même que la dépense d'énergie nécessaire au redémarrage du réseau serait plus importante que l'économie ainsi réalisée.
Pour la petite histoire, la première opération de ce type avait été menée... en 1977 sous la houlette des inénarrables Roger Gicquel et Michel Chevalet (voir la vidéo ici).

Alors, faut-il quand même soutenir cette opération de sensibilisation qui a le mérite d'être planétaire et de mobiliser les municipalités ? Ou faut-il la boycotter en tant que fausse bonne idée ? Vos avis sont les bienvenus !

Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 19:46

Comme la quasi-totalité de la presse française, l'hebdomadaire VSD nous enjoint de respecter l'environnement et de nous convertir au développement durable. Cela ne l'empêche pas de publier dans son numéro du 24 mars 2009 une incroyable apologie de la chasse à l'ours.

Un sujet à découvrir ici.

Il n'est hélas pas possible de laisser des commentaires en bas de ce sujet assez écoeurant même pour ceux qui, comme moi, ne sont pas hostiles par principe à la chasse.
Alors, n'hésitez pas à manifester votre réprobation en envoyant un message au rédacteur en chef adjoint, Olivier Cabréra, à l'adresse suivante :
ocabrera@vsd.fr
Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 19:59
Michel Rocard et Brice Lalonde sont-ils voués à se retrouver tous les 20 ans après avoir suivi des chemins différents ?

La question mérite d'être posée. Les deux hommes avaient en effet travaillé ensemble au PSU (tendance modérée) après Mai 68. Puis, après avoir fait leur chemin pour Rocard au PS et pour Lalonde aux Amis de la Terre, ils s'étaient retrouvés en 1988 au gouvernement. Michel Rocard, nommé Premier Ministre par François Mitterrand, avait alors nommé Brice Lalonde comme secrétaire d'Etat à l'environnement.
Vingt ans après, le destin et Nicolas Sarkozy les rapprochent encore d'une façon inattendue, puisqu'ils sont dorénavant tous les deux ambassadeurs. Michel Rocard a été nommé hier 18 mars en Conseil des ministres ambassadeur chargé des négociations internationales relatives à l'Antarctique et l'Arctique. Brice Lalonde est quant à lui depuis plus d'un an ambassadeur en charge des négociations sur le réchauffement climatique.
Vu la proximité des sujets, les deux ambassadeurs seront certainement appellés à travailler en équipe. Une excellente perspective sur le front de la lutte contre le changement climatique !
Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 13:25
Invité des Matins de France-Culture ce 18 mars 2009, Alain Juppé a pu s'exprimer assez longuement sur le titre de son livre, Je ne mangerai plus de cerises en hiver.

Il a expliqué que ce titre est à la fois un hommage à son père, adepte des fruits et légumes de saison, et à Nicolas Hulot pour sa campagne Des fraises au printemps.
Dans cette excellente émission qui se penche toujours sur le fond des sujets, Alain Juppé a également parlé de sa politique de développement durable à Bordeaux.
A écouter en cliquant ici.
Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article