Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 10:04

La catastrophe de Tchernobyl a-t-elle causé un accroissement des cancers de la thyroïde en France ? Aucun élément scientifique ne permet à ce jour de répondre par l'affirmative. Si choquant qu'il puisse apparaître vis-à-vis des malades, le non-lieu rendu cette semaine par la Cour d'Appel de Paris est donc parfaitement fondé sur le plan juridique.

6a00e5500b4a64883301539166cb0b970b-pi.png

 

Sur son blog, Sylvestre Huet, journaliste scientifique à Libération, a parfaitement exposé l'état des connaissances scientifiques sur le lien entre Tchernobyl et cancers de la thyroïde. Je me permets donc de vous y renvoyer.

 

En résumé :

- les cancers de la thyroïde ont commencé à augmenter dès 1975, donc plus de dix ans avant Tchernobyl.

- leur répartition géographique en France ne coincide pas avec les zones les plus touchées par les retombées radioactives dues à Tchernobyl.

- ces cancers sont aussi fréquents dans des pays comme les Etats-Unis non touchés par le "nuage".

 

Il y a quelques années, un groupe de médecins généralistes de Franche-Comté était parvenu aux mêmes conclusions (lire le résumé ici).

 

Me Fau, avocat des malades, a lui-même reconnu la "difficulté d'établir un lien de causalité entre des maladies présentées par certaines personnes et le passage du nuage".

 

On s'étonne donc de la surenchère de certains écologistes prompts à s'ériger en procureurs  :

- "déni de justice" (Noël Mamère)

- "Etat au-dessus des lois" (Eva Joly)

- "garantie d'impunité" (Corinne Lepage)

- la justice a "volé le procès aux malades de la thyroïde en France" (réseau "Sortir du nucléaire").

 

Ils auraient été mieux inspirés de prendre acte de ce jugement, en dénonçant l'insuffisance chronique des études épidémiologiques en France et en rappelant qu'absence de preuve scientifique n'est pas synonyme d'absence d'effets. En d'autres termes, il n'est nullement exclu que certains des cas diagnostiqués, notamment en Corse, puissent avoir été causés ou aggravés par les retombées de Tchernobyl. Et, quoi qu'il en soit, le gouvernement de l'époque et le Pr Pellerin ont sciemment minimisé à l'époque l'impact du "nuage" sur la France et ses conséquences potentielles. Des motifs d'indignation suffisamment graves pour ne pas en rajouter !

 

Au risque de hérisser nombre de lecteurs de ce blog, je considère donc que le jugement de la Cour d'Appel est fondé. Voulons-nous une justice qui condamne des suspects malgré le manque de preuves irréfutables de leur culpabilité ?

Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

Lucie 03/09/2012 10:53

Tu en es sur ?

Lucie de http://www.assurance-sante.fr