Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 11:46

L'article ci-dessous a été publié sur le site Le + du Nouvel Observateur.

 

En lisant depuis le début de la semaine les déclarations de nombreux leaders verts en faveur de Martine Aubry, dont José Bové et Dominique Voynet, on se pince : la maire de Lille serait-elle devenue une sorte de candidate de substitution pour une partie des responsables du Parti Europe Ecologie - Les Verts, inquiets à l'évidence du "patinage" de la campagne d'Eva Joly ?

 

 


"Nous sommes neutres et nous n'appelons pas à voter dimanche", a certes déclaré le 15 octobre Jean-Vincent Placé au site du Nouvel Observateur. Mais, dans un exercice de double discours dont il est coutumier, le numéro 2 du parti Vert affirme dans la foulée : "Le peuple de l'écologie ira voter Martine Aubry". Quant à sa présence aux côtés de Martine Aubry pour suivre le match de rugby France-Galles, Jean-Vincent Placé prétend qu'il s'agit d'un pur hasard...

 

Cette Aubryphilie galopante d'une partie des dirigeants verts a de quoi laisser pantois. Certes, Martine Aubry, à la différence de François Hollande, s'est engagée pour la sortie du nucléaire. Mais elle refuse de se prononcer sur la non-mise en service du réacteur EPR de Flamanville, ce qui devrait inciter ses soutiens verts (d'habitude plus méfiants...) à davantage de prudence.

 

 

Alors, peut-être faut-il chercher ailleurs que sur le seul terrain de l'écologie une partie des causes de cet étonnant tropisme vert pour Martine Aubry. La maire de Lille partage avec certains Verts l'idée que certains "accomodements raisonnables" (voir ici la chronique de Caroline Fourest sur le site du Monde) avec les règles républicaines de la laïcité seraient nécessaires.

 

Contrairement à ce qu'elle affirme aujourd'hui, Martine Aubry a mis en place à Lille en 2003 des heures de piscine réservées aux femmes musulmanes, avec le soutien des Verts locaux. Elle s'est aussi retrouvée sur la même ligne que de nombreux Verts dans le refus de la loi interdisant le port du voile intégral dans les lieux publics. Cette propension au communautarisme contribue sans doute à expliquer les atomes crochus (si l'on ose dire eu égard à leurs positions sur la sortie du nucléaire...) entre Aubryistes et certains Verts.

 

Contestable sur le fond, ce soutien à Martine Aubry présente aussi de redoutables inconvénients pratiques dont on s'étonne que les leaders du Parti Vert, réputés être de fins politiques, n'aient pas pris la mesure. Si François Hollande l'emporte le 16 octobre (hypothèse dont vous m'accorderez qu'elle n'est pas totalement saugrenue), les Verts risquent de se trouver en fâcheuse posture dans la suite de leurs négociations avec leurs "amis" socialistes.

 

A l'inverse, si Martine Aubry, grâce (au moins en partie) au vote des Verts, l'emporte au finish, la candidature d'Eva Joly aura encore plus de plomb dans l'aile qu'elle n'en avait déjà. Pas facile en vérité de vouloir être à la fois au bar (socialiste) et dans la salle (verte).

Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires