Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 08:33

Voici un article que j'ai publié sur le site le + du Nouvel Observateur.

 

Ces dernières semaines, trois blogueurs écologistes (Thierry Jaccaud, Fabrice Nicolino, Michel Sourrouille) ont tenté de nous convaincre qu'il fallait être contre la procréation médicale assistée (PMA) et le projet de loi sur le mariage gay au nom de ce qu'ils considèrent comme la pensée écologique juste.

 

Conception normative de la nature

 

Ces polémistes s'appuient d'abord sur les analyses de Jacques Ellul et Ivan Illich, deux illustres penseurs des années 1970, qui furent parmi les premiers à affirmer que les techniques n'étaient pas neutres. Pour Michel Sourrouille, la PMA serait ainsi l'archétype de ce que Theodore J. Kaczynski, disciple autoproclamé d'Ellul et Illich (et, ce que Sourrouille se garde bien de nous préciser, auteur sous le nom d'Unabomber d'une série d'attentats ayant fait trois morts et plusieurs dizaines de blessés aux États-Unis), appelle une "technologie systémique", s’appuyant sur une organisation sociale complexe, faite de réseaux interconnectés, inacceptable à ses yeux. Un point de vue qui recoupe celui de Thierry Jaccaud (approuvé par Fabrice Nicolino) :

 

"L’homme se prend pour un démiurge : nucléaire, OGM, nanotechnologies… sans jamais mettre la moindre limite à son action. 'No limits', tel est le slogan des ultralibéraux qui définissent le nouveau politiquement correct."

 

Dans un remarquable article publié sur le site Reporterre, les militants écologistes Aude Vidal et Stéphane Lavignotte (un pasteur protestant) répondent à ces arguments :

 

"Internet, la télévision, la radio, la presse écrite... ne sont-elles pas des techniques systémiques ? Michel Sourrouille n’a-t-il pas publié son texte sur un site internet et ne lui répondons-nous pas sur ce même support ? [...] Pourquoi alors s’en prendre à [la PMA] – dont l’élargissement ne va concerner que 2 à 3000 enfants – et pas à internet ou la télévision qui en lobotomisent tous les jours bien plus ? Pourquoi le faire justement quand elle s’ouvre à une minorité sexuelle ?"

 

La réponse se trouve dans un autre texte de Michel Sourrouille, intitulé "Sexe et enfant, l’homosexualité en lutte contre la nature". Dans ce billet, il écrit ces lignes assez hallucinantes :

 

"L'homosexualité témoigne de deux manières différentes de la volonté de s'affranchir des limites naturelles. Il s'agit d’abord de promouvoir une sexualité hors norme, ensuite d’exiger une reproduction qui ne peut être que bizarre."

 

Ce faisant, notre blogueur se réfère à une conception fixiste et normative de la nature, dont le caractère évolutif a pourtant été démontrée depuis belle lurette (voir le beau livre de Serge Moscovici "La société contre nature"), tant par les éthologues que par les écologues scientifiques.

 

Douteuse "supériorité" du biologique sur le social

 

Plus mesuré dans son expression, Thierry Jaccaud se contente de clamer que l'adoption du projet de loi signifierait une "négation sidérante de la nature, l’aboutissement consternant de notre société industrielle, qui détruit la nature non seulement dans la réalité mais aussi dans les esprits". Il affirme aussi (ce que ni l'avant-projet de loi ni l'interview de Christiane Taubira au "JDD" du 27 janvier 2013 ne corroborent) que "le cas général de la filiation serait alors une filiation choisie et non plus une filiation biologique".

 

Par cette remarque, il pose ainsi une douteuse "supériorité" de la biologie sur le social, alors même que le vrai problème sous-jacent, le droit des enfants adoptés, quel que soit le type de famille dans lequel ils vivent, à connaître leurs origines, relève d'un autre débat.

 

Bizarrement, Jaccaud et ses amis ne pipent pas mot de la GPA (gestation pour autrui), qui, sauf à être encadrée sévèrement, constitue une forme de "marchandisation" du vivant aussi critiquable que la "technicisation" de la naissance qu'ils dénoncent. Au fait, sont-ils aussi contre la péridurale, guère plus "naturelle" que la PMA ?

 

Pour en revenir à la PMA, on ne voit pas bien en quoi son élargissement aux couples homosexuels change fondamentalement la donne par rapport à la situation actuelle, où cette technique est réservée aux couples stériles. Mais le gouvernement a sans doute raison de réserver du temps à une réflexion éthique et de dissocier cette question de celle du "mariage pour tous" – une formule bien malheureuse au demeurant, comme l'explique la psychanalyste Elisabeth Roudinesco dans "Les Inrocks".

 

Enfin, on peut s'étonner que nos trois bons auteurs préfèrent se référer à des philosophes décédés, promus abusivement au rang de maîtres penseurs (ce qui les aurait horrifiés), dont nul ne peut dire comment ils auraient réagi face aux débats actuels, plutôt que de se mettre à l'écoute des couples de même sexe, dont les aspirations et les difficultés, notamment par rapport aux enfants de leur partenaire, vis-à-vis desquels ils n'ont à l'heure actuelle aucun droit, sont à l'origine de l'actuel projet de loi. Leur devise semble être : "Mon opinion est faite à la lumière de la juste ligne définie par Ellul et Illich, ne me dérangez pas avec les faits."

Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires