11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 17:19

Voici un article que j'ai publié sur le site le + du Nouvel Observateur (cliquez ici).

 

Pour beaucoup de jeunes (et moins jeunes...) lecteurs, ce livre sera une révélation. Fournier, précurseur de l'écologie, qui vient de paraître aux éditions Les Cahiers Dessinés, nous plonge en effet dans une période généralement occultée de l'histoire de l'écologie politique dans notre pays : le début des années 1970.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup de «spécialistes» situent en effet la naissance de l'écologie politique en 1974, avec la candidature de l'agronome René Dumont à l'élection présidentielle, voire, pour les plus ignares d'entre eux, à la création du Parti des Verts en 1984.

 

Pourtant, c'est entre 1969 et 1974 qu'ont été jetés les prémices de ce mouvement, grâce principalement à un personnage hors du commun, que ce livre contribue à faire connaître et à réhabiliter : Pierre Fournier. Les auteurs, Danielle Fournier, sa veuve, et Patrick Gominet, historien et enseignant, ont rassemblé une belle sélection de ses textes et de ses dessins, enrichis de photos d'époque et de textes rétrospectifs sur son histoire personnelle et sur celle du mouvement écologique alors naissant.

 

Dès le début des années 1960, Fournier, alors employé de la Caisse des dépôts et consignations, se passionne pour l'écologie (seuls quelques scientifiques emploient alors ce terme), l'alimentation naturelle et les dangers de la radioactivité. Dessinateur hors pair, il frappe en 1966 à la porte du mensuel Hara Kiri, qui publie bientôt ses dessins, puis ses textes, signés Jean Nayrien Nafoutre de Séquonlat.

 

Pierre Fournier fait donc tout naturellement partie de l'équipe de L'Hebdo Hara Kiri, créé en février 1969, dans la foulée de Mai 68. Dans le numéro 13, daté du 28 avril 1969, Fournier y parle pour la première fois dans des termes très forts de la crise écologique : «  Pendant qu’on nous amuse avec des guerres et des révolutions qui s’engendrent les unes les autres en répétant toujours la même chose, l’homme est en train, à force d’exploitation technologique incontrôlée, de rendre la terre inhabitable, non seulement pour lui mais pour toutes les formes de vie supérieures qui s’étaient jusqu’alors accommodées de sa présence. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un texte fondateur, que Fournier reprendra dans le « premier et dernier éditorial » de La Gueule Ouverte, « son » mensuel qui voit le jour en novembre 1972, quelques mois avant son décès dû à une malformation cardiaque, le 15 février 1973, à l'âge de 35 ans.

 

Comme le montre le livre de Danielle Fournier et Patrick Gominet, Fournier ne s'est pas contenté de sensibiliser la génération 68 à des thèmes (l'écologie, le nucléaire, l'agriculture biologique...) alors négligés par la presse et les partis politiques. Il a aussi contribué à jeter les bases du mouvement écologique en France, en étant l'un des organisateurs du premier grand rassemblement antinucléaire dans notre pays, en juillet 1971 au Bugey, face à l'une des premières « usines atomiques » françaises. Grâce à la caisse de résonance de Charlie Hebdo, qui tirait alors à 150 000 exemplaires, près de 15 000 personnes avaient participé à cette manifestation festive.

 

Dès 1972, Pierre Fournier s'interroge sur l'opportunité de présenter des candidats écologistes aux élections. L'un de ses amis, Jean Pignero, fondateur dès 1962 de l'Association contre le danger radiologique qui deviendra l'APRI (Association pour la protection contre les rayonnements ionisants), avait déjà tenté en vain de réunir les signatures nécessaires pour se présenter à la présidentielle de... 1965. Le programme de cette autre figure oubliée de l'écologie était basé sur la protection de l'environnement et de l'alimentation...

 

Au début des années 70, Pierre Fournier est en contact avec les écologistes alsaciens qui, après avoir organisé la toute première manif antinucléaire en avril 1971 à Fessenheim sous l'impulsion d'Esther Peter-Davis et Jean-Jacques Rettig, présenteront le premier candidat écologiste de l'histoire électorale française, Henri Jenn (avec Solange Fernex comme suppléante), aux législatives de mars 1973.

 

Parallèlement, ce journaliste, devenu militant contre son gré, est membre de l'AJPNE (Association des journalistes pour la protection de la nature et de l'environnement). Avant les législatives de 1973, cette association (aujourd'hui JNE) organise un débat sur l'environnement et la protection de la nature avec les représentants des principaux partis politiques. Jean Carlier, le journaliste de RTL qui a animé cette table-ronde, et ses confrères de l'association, dont Claude-Marie Vadrot, qui travaille à la fois à l'Aurore (très à droite) et à Politique Hebdo (extrême-gauche), sont atterrés par l'indigence des politiques sur ces sujets cruciaux. D'où l'idée d'une candidature écologiste à la prochaine présidentielle, que ces journalistes savent imminente en raison de l'état de santé (alors caché au public) de Georges Pompidou.

 

De leur côté, les Amis de la Terre, créés en 1970 et animés depuis 1972 par un certain Brice Lalonde, envisagent aussi une telle candidature. Les deux initiatives convergeront en avril 1974, peu après le décès du Président Pompidou, lors d'une réunion tenue rue du Commerce, dans les locaux des Amis de la Terre. Y participent l'AJPNE, le Comité antinucléaire de Paris et le mouvement Combat pour l'Homme de Georges Krassovsky. Après le refus de Théodore Monod et de Philippe Saint-Marc, suggérés par Jean Carlier, Brice Lalonde propose alors le nom de René Dumont, qui avait publié en 1973 un livre retentissant, L'Utopie ou la Mort.

 

La suite appartient à l'histoire... On ne saura jamais ce que Fournier penserait, s'il revenait parmi nous, de l'évolution des grandes ONG, de l'action des élus locaux écologistes, des candidatures d'Eva Joly et Corinne Lepage ou des primaires citoyennes. Mais une chose est certaine : pour cet esprit iconoclaste qui pestait contre le noyautage des premiers comités antinucléaires par les gauchistes et faisait référence (critique) à des auteurs classés à l'extrême-droite comme Alexis Carrel ou Günther Schwab, l'écologie, bien que « fille » des mouvements contestataires des années 1960, n'avait pas vocation « naturelle » à se ranger a priori dans le camp de la gauche...

Partager cet article

Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

zimmermann rodolphe 12/04/2012

"La suite appartient à l'histoire... On ne saura jamais ce que Fournier penserait, s'il revenait parmi nous, de l'évolution des grandes ONG, de l'action des élus locaux écologistes, des
candidatures d'Eva Joly et Corinne Lepage ou des primaires citoyennes"

Il pisserait de rire, mon ami ! il pisserait de rire ! Pierre était anarchiste "d'extrême droite" et il ne s'en est jamais caché ! Toute cette varpouille gauchiste lui ruinait les nerfs. Tout comme
à moi, d'ailleurs.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog