Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 11:06

 

Règlements de compte, délices du déchirement, obsessions purificatrices et procès en sorcellerie, climat délétère de guerre froide et de paix armée, illusion fédératrice, communication pseudo radicale, orientation servile vis à vis de la gauche : dans sa lettre de démission publiée le 6 décembre 2010 sur le site de Marianne, Jean-Paul Besset, qui devait codiriger le nouveau mouvement avec Cécile Duflot, n'y va pas avec le dos de la cuillère !

titre_1160408.jpg

 

Pour avoir exprimé leur scepticisme et leurs inquiétudes sur la "fusion" Europe-Ecologie Les Verts lors des Assises de Lyon en des termes bien plus posés, l'auteur de ce blog et Maryse Lapergue avaient été accusés de voir tout en noir et de vouloir désespérer le Billancourt écologiste.

 

Certes, Jean-Paul Besset, ancien responsable trotskyste, n'est pas le perdreau de l'année. Mais son texte a le grand mérite d'être un témoignage accablant vécu de l'intérieur.

 

Et aussi, il montre qu'il n'y a pas d'un côté les "bons" d'Europe Ecologie, ouverts et tolérants, et de l'autre les "méchants" Verts, enfermés dans une logique partidaire. En réalité, dans le sombre tableau dressé par Besset, les magouilles et les coups bas viennent des deux côtés. S'il a recruté des associatifs de valeur comme Sandrine Bélier (ex France Nature Environnement) ou l'écrivain Yves Paccalet, Europe Ecologie a surtout attiré des opportunistes de tout poil. Du côté des Verts, on trouve aussi bien des apparatchiks sans foi ni loi (lisez mes lèvres...) que des militants sincères, qui y ont adhéré pour des raisons historiques.

 

On notera en tout cas le silence assourdissant d'Eva Joly sur cette affaire, comme sur la conférence de Cancun ou la tempête de neige. Dans ces conditions, les appels de Cécile Duflot et de Dany Cohn-Bendit en faveur d'une accélération du calendrier des "primaires" écologistes ressemblent fort à une fuite en avant, avec risques de dérapages...


Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

maryse lapergue 10/12/2010 12:20


Encore en phase avec toi, mon cher Laurent ! Ce que tu décris du recrutement d'EE au national se retrouve au local, les opportunistes y étant moins brillants et souvent plus venimeux... au point de
faire fuir - et même pousser dans la dépression - pas mal de militants écolos sincères restés chez les Verts par fidélité à un idéal.
Je me garderais bien de lire la suite dans le marc de café, aussi bio soit-il. La seule observation critique de ce qui se passait sur le terrain depuis les Européennes - l'organisation par les
Verts de leur main mise sectaire sur la structuration du concept EE - et l'analyse sans complaisance des chiffres "officiels" des troupes et votants de la nébuleuse EE m'ont mise dans la position
de Cassandre. Les dévots veulent continuer à croire les yeux fermés...
Je constate simplement la pertinence réaffirmée de deux invariants en politique :
-1/ on ne peut impunément être et faire le contraire de ce qu'on dit
-2/ on ne peut injurier les chiffres - la démographie d'un phénomène - qui restent une approche implacable.
Enfin, le rôle de DCB mériterait un éclairage particulier : le concept EE est de lui ; c'est lui qui refuse de prendre en charge l'organisation d'EE et la laisse de fait aux Verts, se contentant de
bougonner ; c'est lui aujourd'hui qui brandit la "coopérative" comme contre-pouvoir alors que EELV vient de se doter d'une structure organisationnelle, et qui invite la volaille écolo à continuer à
se faire plumer. Au profit de qui ? Pendant la coopérative, les négos avec le PS (pas pour un programmes, pour ses postes) continuent. Alors DCB, penseur vaseux et stratège défaillant ou rabatteur
(à l'insu de son plein gré ?) pour les Verts dont il est l'élu ?