Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 23:09

Plutôt que d'exposer et d'analyser, comme cela a été déjà fait un peu partout sur le net et dans la presse, les annonces et débats de la Conférence environnementale des 14 et 15 septembre derniers, arrêtons-nous sur ses coulisses...

http://www.lecese.fr/sites/default/files/recup_synchro/article/conf_environnementale_0.jpg

 

A l'exception de quelques privilégiés, dont le badge orné d'un T autorisait l'accès à une tribune de l'hémicycle du Conseil économique, social et environnemental, la plupart des journalistes (dont l'auteur de ces lignes) ont suivi les discours de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault sur des téléviseurs disposés dans la salle de presse. Par rapport au vulgum pecus suivant ces interventions à la maison sur LCP ou internet, ils avaient droit à un sous-titrage quasi-instantané (non exempt toutefois de quelques erreurs) qui leur permettait de ne rien perdre de la substantifique moelle de ces discours riches en annonces. Ils ont eu aussi le privilège de se voir distribuer à mi-chemin des interventions, leur version écrite, ce qui permettait aux plus impatients de tout savoir quelques minutes avant les autres (mais attention, en la circonstance, "seul le prononcé fait foi" !). Le samedi matin, pendant les "restitutions" (quel terme étonnant qui a remplacé "compte-rendus !) des tables rondes, une journaliste de France Inter parle très fort au téléphone, sans égards pour ses confrères dont la plupart représentent certes des médias moins prestigieux.

 

Comme l'a souligné avec humour mon confrère du Monde Hervé Kempf dans sa chronique du Monde daté des 16-17 septembre 2012, cette conférence a été aussi marquée chez les journalistes par un usage intensif des smartphones et tout particulièrement de Twitter, que certains manient (citons Virginie Garin de RTL ou TerraEco) avec une rapidité stupéfiante pour ceux qui, comme moi, mettent plusieurs dizaines de secondes pour taper laborieusement un message de 140 signes ! Twitter est désormais, avec les chaînes d'info continues, le moyen le plus rapide de transmission des informations.

 

Les journalistes pouvaient par ailleurs suivre (à l'abri de barrières) les entrées et sorties des personnalités dans la salle. L'occasion de héler quelques têtes connues pour leur demander leurs réactions. On remarque (par écran interposé) qu'à l'issue de son discours, François Hollande serre la main de (et non pas embrassé) Ségolène Royal, invitée en tant qu'ancienne ministre de l'Environnement aux côtés de Lalonde, Lepage, Voynet, Jouanno et autres Cochet.

 

Mais trêve de considérations people... A l'issue du discours final de Jean-Marc Ayrault, les barrières de sécurité se sont relâchées et les journalistes se sont rués sur les personnalités qui sortaient de l'hémicycle. Laurence Parisot (MEDEF) est l'une des plus entourées et des plus virulentes contre l'organisation de la Conférence qui a, selon elle, minoré la place des entreprises. « Mais qui êtes-vous ? », demande une journaliste à un représentant des Amis de la Terre qui venait de faire une déclaration dénonçant le flou de la définition de la RSE (Responsabilité sociale et environnementale) énoncée par le Premier ministre. Intarissable comme à son habitude, Cécile Duflot, ministre Verte du Logement, explique le "guichet unique" et les prêts qui seront mis en place pour les travaux d'économie d'énergie dans les maisons.

 

De Pierre Radanne (4D) à Michèle Rivasi (Parlement européen) en passant par Nicolas Hulot, Jean-François Julliard (Greenpeace), François Letourneux (UICN) ou Jean-Louis Bal (Syndicat des énergies renouvelables), les porte-parole passent de micro en micro. Le ministre Vert de la Coopération, Pascal Canfin, n'est pas reconnu par un huissier, à qui il doit montrer son badge. Pascal Durand (EELV) est en grande conversation avec Serge Orru (WWF) et Chantal Jouanno (UMP). Un peu à l'écart, la ministre de l'Ecologie Delphine Batho ne semble guère attirer micros et caméras... Bien sûr, sa réaction n'a a priori guère d'intérêt, puisqu'elle ne peut qu'approuver les mesures annoncées par le Président et le Premier ministre. Mais n'est-il pas paradoxal que la Conférence environnementale ait marginalisé, ne serait-ce qu'un temps, la ministre chargée de ce secteur ?

Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires