Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:35
http://pagesperso-orange.fr/absc/combat1.jpg
Pendant une trentaine d'années, jusqu'en 2004, Alain de Swarte a tenu à bout de bras, contre vents et marées, la revue Combat Nature.


Ce magazine qu'il avait fondé avec Marc Ambroise-Rendu, autre pionnier (toujours bien vivant !) du journalisme environnemental en France, a puissamment contribué à faire connaître l'action des associations de défense de la nature à travers la France. Mais il offrait aussi des tribunes à des penseurs de l'écologie comme, par exemple, Jacques Ellul et Bernard Charbonneau.

Homme entier, passionné, perfectionniste, voire ombrageux, Alain de Swarte considérait Combat Nature comme son "bébé" et en gérait la rédaction de A jusqu'à Z. Lorsqu'il avait dû prendre du champ pour raisons de santé, il avait ainsi repoussé toute solution de "reprise" du titre.

Alain de Swarte avait aussi été un membre actif et respecté des JNE (Association des journalistes et écrivains pour la nature et l'écologie) et de FNE (France Nature Environnement).

Ce blog souhaite rendre hommage à son travail et à son action.

Ci-dessous, sa biographie par Pierre Villot, ancien vice-président (1969-2004) de la "Fédération de défense de l'environnement et de Sauvegarde du Périgord", ancien président fondateur de «Corrèze Ecologie» et de la «Fédération des Ecologistes du Limousin» (1980-1985), président des associations «Conservatoire des anciens métiers, arts lettres et traditions en Périgord» et «Hautefort, notre patrimoine».

Alain DE SWARTE, quarante ans de combat pour la nature.

Alain de Swarte s'est éteint le 26 décembre 2009, à Trélissac (Dordogne) près de Périgueux. Il avait 83 ans. Quarante ans de sa vie furent consacrés à la défense de l'environnement, à la sauvegarde et à l'étude de l'architecture rurale, et à la lutte contre les agressions à l'encontre des milieux naturels.
Dès 1968, en effet,  il créait l'association "Sauvegarde du Périgord" qui rejoignait la fédération « Maisons Paysannes de France» alors présidée par le docteur Cayla. En 1971 Alain de Swarte fondait en Dordogne, son département de résidence, la «Fédération Nationale de Sauvegarde des Maisons et Paysages de France», qui deviendra par la suite «Fédération de Défense de l'Environnement et de la Nature (FEDEN)», représentée dans plus de quarante départements. Cette fédération fut le support de la revue "Maisons et Paysages" qui fusionna en 1974 avec le mensuel « Mieux Vivre », animé par Marc Ambroise-Rendu, pour donner "Combat Nature". Alain de Swarte pris la direction de ce nouveau trimestriel et l'édita durant 30 années, jusqu'en novembre 2004, où faute de soutiens financiers et d'un nombre d'abonnés suffisant, il boucla le dernier numéro, le 147.
Président fondateur de l'association «Sauvegarde du Périgord», il ne cessa d'¦uvrer et de militer pour défendre les richesses naturelles de son cher département, la Dordogne, son architecture rurale et bourgeoise, ainsi que ses paysages.
En 1969 Alain de Swarte lança des promenades annuelles permettant de découvrir les «merveilles et misères de l'architecture rurale en Périgord ». Il organisa durant près de quinze années, en différents lieux du département et avec un grand succès, des circuits de découverte de ces richesses rurales bien souvent inconnues des Périgourdins eux-mêmes, avec des restaurations exemplaires d'anciens bâtiments ruraux.
Il réalisa la première notice de conseils « Restaurer, construire en Périgord », participa à la rédaction de la brochure « N'abîmons plus le Périgord », fut l'instigateur de la « Charte pour la nature et l'environnement en Périgord », et également à l'initiative d'un recensement par communes, de l'architecture rurale du département, avec plusieurs centaines de fiches accompagnées de photographies.
Ses compétences étaient également reconnues au plan national. Alain de Swarte  siégea dans de nombreuses commissions locales ou nationales et divers organismes, au titre de la protection des sites, de l'environnement ou de l'architecture rurale. Il fut durant des années administrateur de la fédération nationale France Nature Environnement.
Précurseurs de nombreuses actions, bien avant la mode écologiste, son immense travail d'alerte et de sensibilisation aux multiples agressions s'exerçant sur notre planète ne trouvait pas toujours l'écho qu'il aurait mérité auprès des relais institutionnels, industriels ou politiques. Les effets négatifs de ces absences de prise de conscience, se mesurent aujourd'hui par les cris d'alarme des scientifiques, et l'incapacité des pouvoirs politiques de notre planète à trouver des accords durables au niveau mondial.
Dans un article de "Maisons et Paysages" (mars 1973, n° 8), sous le titre: « Un combat global pour l'homme et son environnement», Alain de Swarte écrivait. "La réflexion et l'action nous ont amenés à constater qu'il était impossible de limiter nos préoccupations aux seules "pollutions esthétiques" qui détruisent chaque jour notre environnement. La pollution de l'eau et de l'air, la destruction des sites naturels, de forêts et de certaines espèces animales, constituent une atteinte grave et peut-être mortelle portée à notre équilibre écologique, c'est-à-dire à tout ce qui permet à l'homme de vivre..."
Alain de Swarte visionnaire ? Non, tout simplement réaliste. D'où son rôle de fédérateur de très nombreuses associations soucieuses de ne pas gaspiller et ruiner nos richesses naturelles,de ne pas détruire la beauté de nos paysages et de notre environnement, de sauvegarder les caractéristiques d'une architecture vieille de plusieurs siècles.
Près de quarante ans de combat d'un militant du terrain, notamment en Périgord, laisseront le souvenir d'un homme généreux, épris de justice pour une nature protégée, et un monde humain non agressé.
Alain de Swarte avait fait partie durant longtemps de l'Association des journaliste et écrivains pour la nature et l'écologie. Il était officier de la Légion d'honneur au titre du ministère de l'Environnement.
                                Pierre Villot


Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires