Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 09:22

En nommant il y a quelques semaines Nicole Bricq au ministère de l'Ecologie, François Hollande et Jean-Marc Ayrault avaient fait le choix d'une personnalité compétente et engagée de longue date, notamment au Sénat, sur les dossiers d'environnement.

 

Nicole Bricq, engagée et compétente

 

Lors d'une conférence de presse le 13 juin dernier, elle avait fait la preuve de sa maîtrise des dossiers nationaux. Elle s'était prononcée à cette occasion en faveur d'un rééquilibrage fiscal entre l'essence et le diesel, dont une étude de l'OMS venait de confirmer les dangers, et avait annoncé la suspension des forages pétroliers offshore au large de la Guyane

 

Nicole Bricq s'était montrée moins pointue sur les questions internationales, qui étaient le sujet principal de cette conférence organisée à la veille du sommet Rio+20, mais elle avait réaffirmé les engagements de la France en faveur d'une Organisation mondiale de l'environnement et de la protection des océans.

 

Les journalistes spécialisés étaient donc sortis de cette conférence de presse en espérant que cette ministre, pas charismatique pour un sou et oratrice assez moyenne, pourrait néanmoins faire face aux lobbies en tous genres grâce à sa compétence et à sa détermination.

 

Delphine Batho : un choix difficile à comprendre

 

On est donc pour le moins surpris d'apprendre qu'à l'occasion du mini-remaniement de ce 21 juin 2012, Nicole Bricq ait été "débarquée" au profit de Delphine Batho. "Bon un batho a coulé une bricq", a twitté ma consoeur de Radio France Nathalie Fontrel.

 

L'étonnement est d'autant plus grand que cette dernière s'est surtout fait connaître pour son intérêt pour les questions de sécurité et n'a guère pris de positions marquantes sur l'écologie, hormis, selon son blog, pour la défense du Marais Poitevin (elle était députée des Deux-Sèvres) pour l'interdiction de pesticides tels que le Cruiser.

 

Un peu court comme CV environnemental... Le "déplacement" de Delphine Batho est de toute évidence due davantage à son incompatibilité d'humeur avec Christiane Taubira à la Justice qu'à son intérêt pour l'écologie.

 

Alors, pourquoi ce jeu des chaises musicales ? François Hollande, connu pour son sens de l'humour, aurait-il voulu faire une bonne blague en réunissant Batho et Duflot dans le pôle écologique du gouvernement (rappelons que les secteurs du logement et de l'aménagement du territoire, essentiels pour une politique active de l'environnement, sont dévolus à l'ex-leader des Verts) ?

 

Blague à part, on espère que la cohabitation a priori pas évidente entre ces deux personnalités au caractère affirmé ne conduira pas à ce qu'elles rament dans des sens opposés. Dans un tel scénario, c'est l'écologie (dont François Hollande vient de réaffirmer l'importance à Rio) qui risquerait de sombrer...

 

Cet article a été publié sur le site le + du Nouvel Observateur.

 

P.S. Une explication plausible du départ de Nicole Bricq...

http://www.huffingtonpost.fr/2012/06/22/nicole-bricq-de-ministre-de-ecologie-commerce-exterieur_n_1617760.html?utm_hp_ref=tw


Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

lydia leleu-ménassier 16/08/2012 18:26

ah lala, surveillons cette histoire de gaz de shiste !!
c'est le début, et on ne pourra plus les arrêter !!!!!
c'est dans 30 ans qu'on le regrettera, tout comme les
centrale actuellement