Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 09:17

Au cours de sa déclaration de candidature prononcée le 7 décembre 2011, François Bayrou a parlé « d'intimité entre l'homme et la nature, l'homme et les abeilles, l'homme et la planète ». Comme l'a vite relevé un internaute sur Twitter, c'est sans doute la première fois qu'un candidat à l'Elysée évoque la menace d'une disparition des abeilles dans un discours de candidature !


 

Mais l'élément le plus frappant, c'est que François Bayrou a parlé de "protection de la nature", un terme généralement considéré comme ringard et dépassé. Y compris par les écologistes eux-mêmes, qui préfèrent employer le mot, plus moderne et plus scientifique, de "biodiversité".

 

Ainsi, Eva Joly, la candidate d'Europe-Ecologie-Les Verts, a affirmé la semaine dernière lors d'un déplacement en Auvergne, qu'elle ferait de la défense de la biodiversité « un thème fondamental » de sa campagne (lire ici l'article de l'Express). « C'est un thème un peu méconnu, une urgence pas complètement perçue » alors que « notre avenir en dépend », a-t-elle expliqué. Au cours de cette visite, Eva Joly a pris la défense du milan royal, menacé par l'utilisation dans l'agriculture d'un anti-coagulant destiné à empoisonner les campagnols en surnombre, dont ce rapace majestueux se nourrit.

http://sunaj-home.org/gallery2/main.php?g2_view=core.DownloadItem&g2_itemId=697&g2_serialNumber=1

 

« Je suis venue ici pour exiger l'interdiction » de ce produit, a-t-elle déclaré, qualifiant son autorisation de  « criminelle et irresponsable », alors qu'une vingtaine d'oiseaux ont été retrouvés morts cette semaine, selon la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). « Si nous ne faisons rien, les milans royaux seront exterminés », a alerté Mme Joly, rappelant que pour l'Auvergne, qui bénéficie d'une concentration de cette espèce « unique en Europe » (5 % de la population mondiale), il s'agit aussi d'une « attraction touristique et d'une ressource économique ». « Nous vivons à crédit sur le dos de la nature », a conclu la candidate (lire ici sur son site de campagne). On ne peut que se féliciter de ces déclarations d'Eva Joly, car, jusqu'alors, ce thème n'avait guère été présent dans sa campagne.

 

De son côté, Corinne Lepage, l'autre candidate écologiste, présente à la conférence de Durban sur le climat, a déploré le 6 décembre auprès de l'AFP (lire ici sur le site de 20 Minutes) que « la dimension écologique des sujets » ait disparu de la campagne électorale en France, que ce soit sur le climat ou la biodiversité. Une déclaration qui sonne comme une auto-critique, car on n'a guère entendu non plus Corinne Lepage sur la protection de la nature...

 

L'indifférence des politiques sur ce thème a poussé la Ligue ROC (qui, concession à l'air du temps, a troqué son nom d'origine, Ligue des opposants à la chasse, au profit du plus neutre "Humanité et Biodiversité") à envoyer le 24 novembre 2011 un questionnaire sur la biodiversité aux candidats déclarés à la présidentielle. Ceux-ci ont jusqu’au 20 janvier 2012 pour répondre, et les réponses seront rendues publiques fin février, afin de ménager un délai de grâce aux candidats qui se déclareraient après le 20 janvier. Au menu de ce questionnaire très détaillé, à télécharger ici, la gouvernance nationale et internationale, l’éducation, le rôle des entreprises, la fiscalité, l’aménagement du territoire… Sans oublier la chasse ! Malgré la présence d'Hubert Reeves, président de la Ligue ROC-Humanité et Biodiversité, à la conférence de presse de lancement, cette initiative n'a pas fait les gros titres de la presse.

 

Quant à l'épais rapport de Guillaume Sainteny, professeur à l'Ecole Polytechnique, sur les aides publiques dommageables à la biodiversité, réalisé pour le CAS (Centre d'analyse stratégique) et rendu public le 21 octobre dernier, il semble se heurter à l'indifférence générale. En particulier, Nathalie Koskiusco-Morizet, la ministre de l'Ecologie, qui avait pourtant commandé ce rapport, n'y a pas réagi publiquement. Ce silence aurait-il quelque chose à voir avec le fait que ce rapport critique la politique d'étalement urbain et de construction de zones commerciales, ainsi que l'action internationale de l'Agence française pour le développement (AFD) ?

 

Mais la campagne présidentielle ne fait que commencer. On espère que François Bayrou et Eva Joly n'en resteront pas aux paroles verbales, et que d'autres candidats leur emboîteront le pas... Le milan royal et la buse variable leur en seraient reconnaissants !

 

Cet article a été publié sur le site le + du Nouvel Observateur.

Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires