Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 16:51

Triste paradoxe : alors que l'actualité de ces derniers mois, entre marée noire du Golfe du Mexique et incendies en Russie, vérifie tragiquement la pertinence de leurs cris d'alarme, les écologistes français semblent avoir choisi pour les représenter à la présidentielle de 2012 une candidate, Eva Joly, dont l'une des caractéristiques est de parler très peu d'écologie...

 

http://www.durable.com/var/user/h/Europe_Ecologie.jpg

 

Intarrissable sur la lutte contre la corruption, l'affaire Woerth-Bettencourt ou la réforme du système financier international (sujets dont je ne nie certes pas l'importance), Eva Joly reste en revanche peu diserte sur la lutte contre le bouleversement climatique ou la défense de la biodiversité (dont c'est pourtant l'année !).

 

On se demande par quelle aberration (ou plutôt, rapport de force interne...) un mouvement traditionnellement anti-autoritaire et rétif à la répression s'apprête à introniser une personnalité qui, selon la formule (un peu excessive, je le reconnais...) d'Alain Duhamel dans Libération, rêve de mettre la moitié de la France en prison...

 

Ce probable "déficit" écologique de la candidature Eva Joly pourrait réveiller, au sein des Verts, les ambitions d'un Yves Cochet, qui, malgré son discours "décroissant" souvent excessif, pourrait se poser en candidat authentiquement écologiste.

 

La situation pourrait aussi décider Nicolas Hulot à sortir du bois, ou favoriser une candidature écolo-centriste de Corinne Lepage, voire de Jean-Louis Borloo...

 

Bref, les scénarios de 2012 ne sont pas encore écrits. Vos avis sont attendus !

Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires