Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 18:02

Interrogé la semaine dernière sur France Inter, Michel Rocard, responsable de la commission gouvernementale sur la taxe carbone, rappellait que les premiers projets d'une telle taxation datent du temps (que les moins de 20 ans) ne peuvent pas connaître) où il était Premier ministre (avec Brice Lalonde au ministère de l'Environnement), au début des années 90.
Quelque temps après, le projet avait ressurgi au niveau européen, lorsque Jacques Delors présidait la Communauté européenne. Et s'était enlisé, car les Français, soucieux comme toujours de défendre leur industrie nucléaire, demandaient que cette taxe concerne uniquement les combustibles fossiles. Tandis que les Allemands étaient partisans d'une double assiette, frappant d'une part les combustible fossiles et de l'autre l'ensemble des consommations d'énergie, y compris l'électricité.

On voit par là que l'actuel débat (non tranché à l'heure où ces lignes sont écrites) entre une taxation étendue ou non à l'électricité a comme un air de déjà vu.

Michel Rocard, avec d'autres, souligne à juste titre qu'en période de pointe de consommation d'électricité, nos centrales nucléaires, nombreuses mais lentes à la détente, sont incapables de satisfaire la demande et qu'il faut alors mettre en route des turbines à gaz, émettrices de C02. D'où la nécessité de taxer la consommation électrique. Taxer l'électricité aurait aussi l'avantage de d écourager le recours au chauffage électrique, dont le bilan énergétique est désastreux.

Michel Rocard aura-t-il gain de cause ? Ou le lobby nucléaire sera-t-il le plus fort ? Ce sera à n'en point douter un test important quant à la capacité du gouvernement à rompre un tant soit peu avec 50 ans de soumission de l'Etat à l'industrie nucléaire. Laquelle doit avoir sa place, mais pas toute la place !

Partager cet article

Repost 0
Laurent SAMUEL - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires