Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 19:45
Quinze jours après le succès des listes écologistes aux élections européennes, on aurait pu imaginer que le Président Sarkozy fasse de la "croissance verte" un thème majeur de son discours du 22 juin 2009 devant le Congrès de Versailles.

Etonnamment, ce thème n'a été que peu abordé. Tout juste un hommage appuyé au Grenelle de l'environnement, et la réaffirmation (mais sans détails) de l'urgence d'une taxation carbone.

« La crise écologique n'est toujours pas au cœur des politiques publiques, toujours pas la clé de voûte de ses choix  et après le Grenelle de l'Environnement, on attend toujours l'Acte II de cette révolution verte annoncée », regrette Sébastien Genest, président de France Nature Environnement.

Comme le dit Guillaume Malaurie sur le site du Nouvel Obs, Sarkozy a choisi Guiano plutôt qu'Hulot.

Ce manque de vision écologique est aussi dénoncé avec vigueur par Corinne Lepage. Cliquez ici pour écouter son interview sur France Info, dans laquelle elle confirme qu'elle ne participera pas au prochain gouvernement.

Il serait tentant d'en conclure que l'intérêt changeant de Nicolas Sarkozy pour l'écologie est purement opportuniste et électoraliste. D'un autre côté, l'actuel Président a agi de manière bien énergique dans ce domaine que son prédécesseur Jacques Chirac, considéré par beaucoup comme étant devenu sur le tard un écologiste convaincu. Alors, simple partie remise ou incompatibilité fondamentale ? Exprimez-vous !

Partager cet article

Repost 0
Laurent Samuel - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

climat2050 24/06/2009 17:51

Seule et unique décision de Sarkozy suite aux élections :
il a renoncé à prendre Allègre au gouvernement.
C'est bien maigre - pas Allègre.
Et il ne pouvait pas prendre Allègre sans être accusé de provocation. Car tous les écolos ensemble, ça fait pas tellement moins que les listes UMP !