Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 20:13


Le député vert Yves Cochet, a lancé l'idée d'une "grève des ventres" et d 'une baisse  des allocations familiales  pour les familles de 3 enfants et plus.

Motif : le bilan carbone d'un bébé français équivaudrait à... 600 allers-retours Paris-New York en avion.
Le blog de Laure Noualhat détaille son argumentation, et présente de nombreuses réactions d'internautes.

Voici quelques remarques qui ne prétendent pas clore le débat.
D'abord, comme le fait observer Bernard Maris (voir ici sa chronique du 20 avril 2009 sur France Inter), les aides financières ne jouent qu'un rôle marginal dans la décision d'un couple d'engendrer ou non un nouvel enfant. Dans la plupart des pays, la "transition démographique", autrement dit la baisse du nombre d'enfants par couple, s'est opérée grâce à l'amélioration des conditions de vie et au planning familial, sans que des mesures politiques autoritaires ou des campagnes moralisatrices comme celle que nous propose Yves Cochet aient à intervenir.

Ensuite, l'Europe est globalement en voie de dénatalité et non d'accroissement démographique. A cet égard, la France fait figure d'exception. Et ce n'est pas forcément une calamité, car, comme le rappellait dans les années 70 le démographe Alfred Sauvy face aux tenants de la "bombe P" comme Paul Ehrlich dont Yves Cochet s'avère l'héritier, le dynamisme démographique (ou tout au moins le renouvellement des générations, qui nécessite au moins 2,1 enfants par couple) est un facteur de dynamisme social et économique. Lequel me semble indispensable pour faire face à la crise économique et écologique.

Enfin, ce refus du 3e enfant serait appliqué en priorité par les parents "écolos", dont les bébés, doit-on espérer, rejettent moins de CO2 que les autres. Tandis que les parents fans de 4/4 continueraient à fabriquer à tout va des bébés pollueurs. Bref, l'opération risque d'être contre-productive !

Alors, comme Paul Ariès (voir sa réaction sur le blog de Laure Noualhat), je pense qu'il vaut mieux changer radicalement nos habitudes de consommation plutôt que de mettre le hola sur le 3e enfant.
Et, pendant qu'on y est, une autre "grève des ventres" ne s'impose-t-elle pas, puisqu'une récente étude anglaise montre que les obèses ont un bilan carbone beaucoup plus lourd que les gens sveltes ?

J'entends d'ici les hurlements des adeptes de la décroissance démographique...
Vos avis sont les bienvenus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

malthusienetfierdeletre 03/01/2010 00:24


Alfred Sauvy ne "rappellait" rien du tout, il matraquait du haut de sa chaire universitaire le Dogme nataliste de l'Etat français "il n'est de richesses que d'hommes", et gare à celui qui discutait
la Vérité révélée!
Mais les chiffres sont têtus : depuis l'époque de Sauvy (les années 70), la population mondiale a doublé (en 30 ans!) et rien n'indique un ralentissement de l'explosion démographique humaine. Oui,
on peut sans doute (sur)vivre sur une Planéte à 9 milliards, 10 milliards, 15 milliards, 20 milliards d'habitants...pourquoi s'arrêter? "il n'est de richesses que d'hommes"! une ânerie d'un certain
Jean Bodin du XVIéme siècle (et aprés on critique Malthus, "homme du XIXéme siècle"), ce truisme seriné à des générations d'étudiants français sans la moindre distance critique...


Thomas 09/07/2009 15:11

Waow!! 1 nouveau-né = 600 Allers retours d'avion?!
Eh bien ça serait bien qu'ils fasse cette "Grève des ventres"!

"La Terre peut pas accueillir 200'000 personnes de plus chaque jours!"

Eh bien faudrait lire autrement: "La Terre peut pas accueulir 200'000 POLLUEURS de plus chaque jours"

Ps: 200'000 bébés, ça ferait l'équivalent de 120'000'000 d'allers retour d'avion!!!

Et en 5 jours, 1'000'000 vont commencer par faire le tour de monde 600'000'000 de fois!! (6 mio de fois!)

Recherche Billet 25/06/2009 16:22

Comparer des enfants à une consommation d'un avion pour un vol paris new york, je trouve que ça n'a vraiment aucun rapport, c'est vraiment un mode de pensée simpliste!
Je ne nie pas le problème mais la solution présentée.

En tout cas merci d'avoir fait passer cette information

VeroNYC 04/05/2009 01:28

...Bon sang mais c'est bien sûr! Si vous avez trois enfants, procédez au tri sélectif : prenez le plus gros et jetez-le!!!

Ghislain 24/04/2009 22:42

Un détail : présenter l'incitation à limiter la population avec
"Motif : le bilan carbone d'un bébé français équivaudrait à... 600 allers-retours Paris-New York en avion"
est extrêmement réducteur et à la limite de l'honnêteté intellectuelle.

J'ai une très bonne opinion de Bernard Maris mais son affirmation que les aides aux familles nombreuses ne seraient pas incitatives mériterait une référence à une étude publiée, s'il en existe. Je crois savoir par contre que la France est à la fois 1) le seul pays d'Europe qui n'est pas en décroissance démographique et 2) celui qui a les meilleures allocations delà de deux enfants. Dites moi si je me trompe : je confesse que pour affirmer cela je n'ai pas plus de référence à des chiffres précis que Bernard Maris.
Au delà de cet argument il y a le problème éthique. Un gouvernement ne peut à la fois recommander la limitation à deux enfants (voire moins) et mettre en oeuvre des aides supplémentaires à partir du 3e.
Je m'explique sur l'utilisation du mot "éthique". Je peux rapporter un témoignage vécu par la fréquentation de couples chinois installés aux USA. Il faut savoir que la majeure partie de la recherche américaine dans le secteur de la biologie (celui que je connais, je ne peux témoigner pour les autres activités scientifiques) est faite par des post-doctorants chinois. Les meilleurs rentrent souvent dans leur pays qui leur fait des conditions de travail très incitatives. Les un peu moins bons sont souvent tentés de rester aux USA. J'ai assisté à un échange entre deux couples chinois qui avaient renoncé à rentrer en Chine et fondaient leur famille aux USA, l'un des deux disait en rigolant "l'avantage c'est que nous aurons un deuxième enfant", l'autre couple trouvait cela indécent et a répondu qu'ils se contentaient d'un seul. Je n'ai pas eu l'impression d'avoir affaire à des zombies endoctrinés mais à de jeunes intellectuels tout à fait conscients, qui trouvaient simplement immoral de surcharger la planète pour satisfaire leur envie de procréer.

Si mes souvenirs sont corrects Alfred Sauvy n'a pas dit ou écrit qu'avoir 2,1 enfants par couple serait un facteur de dynamisme, il préconisait nettement plus. Il préconisait non la stabilité mais la croissance : la croissance de la population est favorable à la croissance économique, dogme de la religion dominante de nos contemporains. Sur le manque de dynamisme des vieux pour bâtir la société écologique de demain, j'ai quelques réserves dues à mon âge ; les 20 décembristes sont-ils d'accord, vous êtes tous fatigués, éteints ?
La vraie question est donc : faut-il prôner la décroissance (du PIB, de la population, du -horresco referens- développement...) et pourquoi ?
Tout est dans la conscience que l'on a de la proximité de la crise des ressources. L'immense majorité du public et une grande majorité des écolos pensent qu'il y a encore du pétrole, du charbon et des métaux pour assez longtemps, que la crise actuelle étant financière, les affaires vont reprendre comme avant. Nous sommes quelques uns (je citerais Yves Cochet, Hugues Stoeckel, Jean-Marc Jancovici...) à avoir accumulé des informations qui nous conduisent à penser que LA DECROISSANCE N'EST PAS UN CHOIX, c'est une réalité durable qu'il va falloir gérer dans la durée (plusieurs décennies). Attention : la courbe de décroissance économique ne sera probablement pas lissée mais en dents de scie (comme le prix du baril actuellement).
La transition démographique commencée dans les années 1970 nous mène selon les chiffres de l'ONU vers un peu plus de 9 milliards d'humains mais la nourriture des 6,7 milliards actuels dépend tellement de l'utilisation de ressources non renouvelables qu'il n'est pas du tout certain que nous atteindrons ce chiffre de 9 milliards. Selon Paul Chefurka (www.paulchefurka.ca), qui a modélisé tout cela, nous plafonnerons à un peu plus de 7 milliards et après la décroissance sera forte et durable. Dans son dernier livre (par ailleurs contestable sur plusieurs points), James Lovelock voit aussi la population du globe s'effondrer jusqu'à 1 milliard.
Je pense que cela n'ira pas si bas, et que les pays "pauvres" souffriront nettement moins que nous des pénuries (pour chaque calorie que nous mangeons, nous dépensons 7 à 10 calories de pétrole).
Alors si le mur est proche, ne vaut-il pas mieux ralentir pour amortir le choc ?
Ghislain

Laurent Samuel 24/04/2009 23:22


merci Ghislain pour cette réponse argumentée
 ce que je reproche à Cochet et à un certain nombre d'écologistes c'est de vouloir faire le bonheur des gens malgré eux et en leur faisant sans cesse la morale
la question n'est pas celle des objectifs (réduire notre empreinte écologique) mais celle des moyens d'action. Il faut bien sûr des règles et de la répression si elles ne sont pas respectées. Mais
l'incitation et l'exemple me semblent préférables aux ukases