Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 16:51
Ainsi que Serge Kaganski l'a bien analysé la semaine passée dans les Inrocks, le clivage entre Charlie-Hebdo et Siné-Hebdo recoupe à bien des égards celui entre gauche modérée et  gauche extrême.

Mais les deux hebdos se distinguent aussi par leur approche journalistique. Du côté de Siné-Hebdo, avant tout des opinions, de la satire et des états d'âme, dans une formule (héritée du Charlie des années 70) où chaque auteur est libre «propriétaire» d'un espace dont le nombre de signes est précisément délimité. Du côté de Charlie-Hebdo, dessins satiriques et libres opinions bien sûr aussi, mais également des articles d'information basés sur une enquête et une expertise, signés, par exemple, Oncle Bernard, Antonio Fischetti ou Caroline Fourest.

Ce débat entre deux conceptions de la presse, l'une se résumant trop souvent à « c'est mon avis et je la partage », l'autre s'efforçant de rechercher et de vérifier les informations, n'est pas neuf, nous l'avions déjà à La Gueule Ouverte en 1975-1976...

J'en profite pour vous conseiller le film de Daniel Leconte, C'est dur d'être aimé par des cons, consacré au procès de Charlie Hebdo. Un documentaire engagé, mais qui donne largement la parole au camp adverse, en particulier à un avocat de la Mosquée de Paris nommé (je n'invente pas !) Maître Bigot. L'un des mérites de ce film est de montrer que, contrairement à ce que laissent croire de nombreux anti-Val et pro-Siné sur le net (voir ici mon avis sur la polémique de cet été), Charlie-Hebdo ne s'en prend pas seulement aux intégristes musulmans, mais aussi aux fondamentalistes chrétiens et juifs. Ceux qui en douteraient peuvent se reporter aux derniers numéros de Charlie, où le pape, c'est le moins que l'on puisse dire, n'a pas été épargné...
 


Partager cet article

Repost 0

commentaires