Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 20:05
Avec cette superbe couverture (ci-dessus), le magazine rock consacre son dossier de juin à la « dernière tournée du patron ». Un titre qui prête à confusion car « dernière » signifie à la fois ultime (la dernière séance) et plus récente (dernière édition). De plus, les articles ne portent pas sur la période actuelle, à savoir la deuxième « jambe » (leg) de la tournée Magic, entamée depuis février dans les stades, mais sur sa première partie, qui, entre octobre et  décembre 2007, a emmené le E Street Band dans des salles d'Amérique et d'Europe.

Alors, cette "dernière tournée" offerte par Xroads sent-elle le réchauffé ? Heureusement pas, car le dossier est composé pour l'essentiel d'une série de compte-rendus, tous informés et passionnés, de concerts de cette période, rédigés par des fans dont (pardon de ne pas tous les citer!) Roger Goulet, Cécile Fauveau, Jean-Louis Valdeyras, Mikael Ollivier... Ces textes composent une image vivante et multiforme de la tournée. Ils nous en apprennent souvent autant sur leurs auteurs que sur les shows eux-mêmes. Tant il est vrai que la musique du Boss permet à chaque fan de se révéler à lui-même et aux autres...

Le dossier est introduit par un texte très documenté d'Hugues Barrière sur l'engagement politique de Springsteen, que vous trouverez en cliquant ici sur son site (mais que cela ne vous dispense pas d'acheter XRoads !). Qu'on me permette de ne pas être d'accord avec sa thèse d'une "rupture"  entre la période antérieure à 2003, où le Boss aurait été rétif à l'implication en poilitique, et les années suivantes, marquées par un engagement tous azimuts contre la guerre d'Irak, pour Kerry et aujourd'hui Obama...

Il est exact qu'avant 2004, Bruce n'avait soutenu officiellement aucun candidat. Mais, dès 1984, il avait exprimé son aversion envers Reagan, et toute sa carrière, au moins depuis « Darkness » en 1978, a été marquée par un engagement constant en faveur des laissés-pour-compte du rêve américain. Il est donc pour le moins excessif d'affirmer comme le fait Hugues que Bruce serait resté "étonnamment silencieux" sur les questions politiques pendant 30 ans.

Il y a eu non pas une rupture,  mais au contraire une continuité dans les positions de Springsteen. C'est le 11 septembre, la guerre en Irak et leurs conséquences sur les libertés publiques qui l'ont poussé à prendre des positions plus tranchées. Ce qui a changé, ce n'est pas l'attitude de Bruce, mais la situation des Etats-Unis... et de la planète !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ralhia 19/06/2008 16:19

Bonjour Laurent,
Effectivement Bruce n'a jamais pris clairement partie pour un quelconque candidat (tout du moins jusqu'à John Kerry je crois), je veux dire par là qu'il n'en a jamais cité un excepté comme tu le dis justement en 1984 lorsque Reagan veut reprendre "Born in the USA" dans ses meetings. Mais il est clair qu'à la lecture de ses textes on sait de quel côté son opinion penche et ça je te rassure Hugues le sait très bien.
Bises.
Ralhia