Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 14:30

J.F. Legrand

Les médias se sont montrés très prolixes sur les aspects juridico-politiques de la récente décision du gouvernement de demander l'application de la "clause de sauvegarde" européenne sur la culture du maïs MON 810. En revanche, ils n'ont guère donné de détails sur le contenu de l'avis rendu par le Comité de préfiguration d'une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés. Téléchargeable sur le site du MEDAD, ce texte, publié le 9 janvier, met en évidence plusieurs « faits nouveaux » ; dispersion du pollen de ce maïs « sur de grandes distances » ; « possibilité d'effets toxiques à long terme » sur différents animaux, dont les lombrics et les papillons monarques. L'avis indique aussi que le MON 810 présente des teneurs en mycotoxines inférieures de 90 à 95 % par rapport au maïs traditionnel. En outre, le texte met l'accent sur des « questions insuffisamment prises en compte », comme la caractérisation biologique et moléculaire de la protéine insecticide sécrétée par le MON 810, ou l'impact de ce dernier sur les insectes pollinisateurs. Sur le plan toxicologique, l'avis souligne « l'insuffisance du test à 90 jours » sur des rats et l'absence d'évaluation des effets endocriniens, tératogènes et transgénérationnels ».

Quant au texte rendu public le 10 janvier par 14 membres (dont 12 scientifiques) du Comité, il ne remet nullement en cause, comme certains l'ont insinué, le contenu de l'avis. Cet appel dénonce avant tout l'emploi par le sénateur Jean-François Legrand, lors de sa présentation de l'avis, de l'expression « doutes sérieux ». Motif : celle-ci ne figurait pas dans le texte validé par les membres du Comité. Un raccourci qu'il a ensuite justifié par un
communiqué qui mérite d'être cité in extenso.

« L’ensemble des membres présents du Comité de préfiguration d’une haute
autorité sur les organismes génétiquement modifiés a validé le texte que j’ai
présenté au Gouvernement. « Les 14 » l’ont, eux aussi, validé ligne par ligne,
mot par mot, référence scientifique par référence scientifique.
Ce document ne compte pas moins de 14 interrogations s’appuyant sur 4 faits
scientifiques nouveaux (dont 1 seul expressément positif) et 9 « questions
insuffisamment prises en compte ou nouvelles, comme devant être prises en
considération dans l’évaluation des impacts de tout O.G.M. ». Chacune des
interrogations porte sur des sujets qui peuvent avoir des conséquences graves et
constitue donc autant de doutes sérieux.
Je m’inscris totalement en faux contre toute autre interprétation et m’inquiète
des raisons profondes de ce tohu-bohu… ! J’en retire néanmoins deux
certitudes :
- la première : la haute autorité, dans sa version définitive, devra inclure des
membres qui n’auront aucun lien direct ou indirect avec des intérêts
« O.G.M. »,
- la deuxième : la réponse à apporter aux « doutes sérieux » ne peut venir
que d’une recherche publique indépendante disposant de moyens
suffisants pour sortir de cette phase d’incertitude lourde de conséquences. »

Petit bonus sans rapport avec le sujet, à l'attention spéciale des Lagaffophiles et autres Gastonmanes...

ducran05.gif


Partager cet article

Repost 0

commentaires