Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 14:25



1407539117-03bbd04200.jpgQuelques premières impressions "à chaud" après avoir écouté l'édition vinyle 180 grammes de « Magic »
(12,80 euros chez Gibert Joseph, une affaire), sortie une semaine avant le CD. 

Un album très sombre, où même les rares chansons gaies (« Girls in their summer clothes ») sont empreintes d'une totale nostalgie. Le titre qui ouvre le disque, « Radio Nowhere », donne le ton : « y-a-t-il quelqu'un de vivant par ici ? » Une ambiance quasi-apocalyptique qui évoque le « London calling » des Clash.

Un album très politique aussi, puisque deux chansons au moins évoquent la guerre en Irak (même si le nom du pays n'est jamais évoqué) : « Gipsy biker » et « Last to die ». Je vous renvoie à la brillante analyse d'Harry Browne sur un site américain d'extrême-gauche (moi, je penche plutôt vers l'extrême-centre !) qui, par ailleurs, se révèle d'une indulgence confondante vis-à-vis du Président iranien Ahmadinedjad.

Un disque, enfin, au son riche et puissant, que le vinyl valorise à l'évidence mieux que le mp3, cette calamité audio-odieuse. La profondeur sonore évoque les meilleurs moments de Phil Spector, l'homme du "wall of sound", des Beach boys ou des Walker Brothers. Bref, une couleur musicale très sixties pour un album fortement ancré dans son époque, marquée par la montée des tensions, des intégrismes... et, au sens propre, de la température mondiale.

The E Street boss is back !


1407556645-ca8d290499.jpg

(photos empruntées à Josecho sur le forum Land of hope and dreams)

Do you believe in magic ? : un classique des Loving Spoonful (1966), voir ci-dessous la vidéo d'époque




 

Partager cet article

Repost 0

commentaires