Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 16:17

" Pour tout ce qui est contre, contre tout ce qui est pour ". Cet inusable slogan du Parti d'en rire du regretté Pierre Dac inspirerai
t-il les grandes associations écologistes françaises ? Dans la perspective du "Grenelle de l'environnement" d'octobre, ces ONG insistent beaucoup actuellement sur les " quatre moratoires" : moratoire sur le réacteur nucléaire EPR, moratoire sur les OGM, moratoire sur les incinérateurs, moratoire sur les autoroutes. D'abord, l'opportunité et le caractère prioritaire de ces mesures n'est pas forcément évidente (j'y reviendrai). Ensuite, sur un plan tactique, il n'est pas très adroit de mettre en avant des exigences dont on est certain par avance qu'elles seront refusées ! Mais surtout, la mise en avant de ces refus fait - une fois de plus - apparaître les "écolos" comme des gens qui, campés dans leurs a priori, refusent avant de proposer. Si elles veulent minimiser le recours au nucléaire, éviter les OGM, se passer au maximum des autoroutes et des incinérateurs, les ONG feraient mieux de centrer leurs efforts sur la promotion des énergies renouvelables, de l'agriculture biologique, du recyclage des déchets et des transports ferroviaires. Et surtout de déterminer, dans chacun de ces domaines, quelques mesures d'incitation "gagnables" qui pourraient être adoptées lors du Grenelle de l'environnement et placer ces solutions au coeur des politiques publiques. Je propose donc aux associations un moratoire immédiat ... sur les moratoires.

A lire, cet article de l'ancien ministre de l'Environnement Brice Lalonde,  paru il y a quelques semaines dans « L'Express », qui critique  la tendance des associations à vouloir tout arrêter et regrette leur manque de perspective européenne et planétaire
http://www.lexpress.fr/idees/entretiens/dossier/entretienpolitique/dossier.asp?ida=457873

« Stop, stop, stop » : l'un des principaux tubes des Hollies, excellent groupe anglais des années 60, dont le leader, Graham Nash, a ensuite rejoint le mythique supergroupe Crosby, Stills, Nash & (les bons jours) Young, aux côtés de David Crosby (Byrds), Steve Stills et Neil Young (Buffalo Springfield).

Partager cet article

Repost 0

commentaires