Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 13:36
images-copie-4.jpeg
Jean-Louis Borloo succède donc à Alain Juppé comme ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables. Espérons d'abord qu'il ne s'agit pas là de l'une de ces promotions-placard communes dans les entreprises, sanctionnant la "boulette" de Borloo sur la TVA sociale  par une nomination à un poste honorifique, mais sans réelle influence.
Cela étant, l'ancien ministre de la Ville a marqué de longue date un intérêt certain pour l'écologie. Il fut ainsi au début des années 90 l'un des fondateurs de Génération Ecologie, aux côtés de Brice Lalonde. Et son authentique sensibilité sociale ne sera pas inutile pour imposer l'idée que la lutte contre le réchauffement climatique exige (entre autres) un dialogue permanent entre les syndicats et les directions des entreprises, et que la rénovation de l'habitat "social", essentiel pour résoudre la crise des "quartiers difficiles", doit impérativement intégrer la HQE (haute qualité environnementale) et les économies d'énergie.

images-1-copie-2.jpeg
Quant à la nouvelle secrétaire d'Etat chargée de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, elle a le mérite de s'être battue avec succès pour l'adoption de la Charte de l'Environnement et de s'être engagée courageusement sur les dossiers santé-environnement, et notamment, malgré les ricanements de ses collègues députés hommes, contre les produits chimiques soupçonnés d'avoir des effets négatifs sur la fertilité et la reproduction humaines. Reste qu'à l'évidence, ses positions sur le nucléaire et les OGM sont éloignées de celles des principales ONG écologistes.


images-2.jpegEnfin, il faut saluer la nomination de Michel Barnier à l'Agriculture. Il devrait être plus enclin que Christine Lagarde et ses prédécesseurs à résister au lobby agricole, notamment sur les pesticides et les OGM. AMHA (à mon humble avis), son expérience à l'Environnement, aux Affaires étrangères et à la Commission de Bruxelles en aurait fait un bien meilleur super-ministre de l'Ecologie que Borloo. Tant il est vrai que les dossiers se décident désormais à l'échelle européenne, voire mondiale. Mais les bûcheurs, surtout quand ils ont un look de bon élève, ne sont pas toujours récompensés à leur juste valeur !

Bonne chance donc à cette nouvelle équipe, qu'il faudra juger à ses actes, sans a priori, mais avec vigilance !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

patrice 19/06/2007 19:23

Bravo Laurent pour le "look" et le ton de ton site. Le cap est excellent ! Longue vie.

http://lecomplotdespapillons.blogspot.com/

Coline 19/06/2007 17:21

Nos petits amis les neuf nains (je sais, ils
> n'étaient que sept), ces ONGs
> de l'environnement à la base du fameux Grenelle
> sauront sans doute mieux
> influer sur Borloo que sur Juppé, sur un
> entrepreneur audacieux que sur un
> iceberg prétentieux. Bien sûr on peut être sceptique
> sur cet homme parfois
> entre deux eaux (encore une comparaison peu
> stricte), mais de là à le
> traiter de grosse tâche, mieux vaut sans doute
> regarder le revers de son
> propre veston... Pour les deux autres, je ne doute
> pas de leurs convictions
> écologistes même si les personnages sont un peu
> falots, bref, ce qui manque
> au premier, les deux autres l'ont, et lycée de
> Versailles.

Rémi Parmentier 19/06/2007 16:17

N'oubliez pas que Michel Barnier sera aussi le Ministre DE LA PECHE. A un moment où les enjeux de la biodiversité marine ne cessent de croître. La France et l'Union Européenne s'étant engagées à minimiser leur empreinte écologique, Michel Barnier a du pain sur la planche, des thons de Méditerrannée sur le point de disparaître de façon irreversible (voir http://www.panda.org/about_wwf/where_we_work/europe/what_we_do/mediterranean/about/marine/bluefin_tuna/index.cfm et, par exemple http://chezremi.blogspot.com/2007/05/sarkozy-in-mediterranean-time-to-put.html), aux requins eux aussi poussés à l'extinction (voir www.sharkalliance.org), à la conservation des monts sous-marins, des autres écosystèmes vulnérables de la haute mer et des espèces qui les entourent, menacés alors même que nous venons à peine de réaliser leur existence et de découvrir leur richesse biologique incomparable (voir www.savethehighseas.org et http://www.thedeepbook.org). J'en passe et "des meilleures" (la razzia qui s'annonce sur le krill par exemple www.krillcount.org, pour nourrir les saumons d'aquaculture quitte à affamer baleines et manchots si on n'y prend garde).
Les dossiers ne manqueront pas à Michel Barnier s'il veut être le Ministre de la Mer Durable.
Rémi Parmentier www.chezremi.com

















































Rémi Parmentier http://chezremi.com

Laurent 19/06/2007 17:18

merci Rémi pour ces remarques pêchues !

Estelle 19/06/2007 15:21

Whhhaaaaou, le design du site a déjà changé!
C'est mieux comme ça je crois, plus clair, plus aéré et avec une police plus grande...

Comme tu dis.... on jugera aux actes...

Laurent 19/06/2007 17:16

une police j'espère moins envahissante que celle de Sarko !

Yves Lenoir 19/06/2007 14:51

Juppé n'y connaissait rien, ni en écologie, ni en aménagement "durable", ni en transport autre qu'autopoutier. L'identification de sa personne à l'idée de grandeur nationale, qu'il avait théorisée dans un ouvrage collectif paru en 1986, "Pour une nouvelle politique étrangère" chez Pluriel, n'augurait rien de bon quant à la remise en cause du nucléaire, des OGM et tutti quanti. Donc, pas de regret de ce côté-là.

Quant à Borloo, je le vois mal résister aux a priori nationalistes de NS. Génération Ecologie, c'est loin et chacun sait que les "erreurs et emballements" de la jeunesse ne résistent pas aux effets d'une belle carrière.

Quant à NKM, c'est la parfaite incarnation de l'écologie des beaux quartiers. Qu'elle ait poussé à l'adoption d'une charte de l'environnement, du droit mou alibi par excellence (il suffit d'interroger contitutionnalistes et juristes sur la question pour s'en persuader) ne peut que confirmer que son penchant écologiste est très symbolique et peu enclin à la confrontation sérieuse sur les grands enjeux structurels.

La personnalité sans aspérités de MB en fera le caniche de NS auprès du lobby agricole. Or on voit mal NS prendre fait et cause pour une révolution biologique en agriculture (en fait l'abandon de la promotion des méthodes désastreuses engagée au début des années 60), tant la séduction qu'exerce sur lui ce qui se chiffre en milliards est incoercible.

Dans ces conditions je suis extrêmement réservé sur la politique que ce trio va mener. Je pense qu'aucun a priori favorable n'est de mise, au contraire. Dès que NH, le pape autodéclaré de l'opinion écologique, aura émis un satisfecit, le terrain sera dégagé : toute contestation sera frappé du sceau de la malhonnêteté intellectuelle, de l'opposition systématique et du négativisme de principe.

Laurent 19/06/2007 14:59

J'espère que cette analyse (fine comme toujours) d'Yves Lenoir se révélera infondée. Mais méfions nous quand même des a priori. Les temps changent, et les gens aussi (y compris les hommes politiques!)