Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 17:19
images-1.jpeg


Ironie du sort, le jour même où Vladimir Poutine se répandait en déclarations tonitruantes
www.lefigaro.fr/international/20070604.FIG000000301_poutine_la_russie_devra_choisir_des_cibles_en_europe.html,
se présentant notamment comme le seul vrai démocrate du monde (sic),
la Cinémathèque française
www.cinematheque.fr

présentait lundi 5 mai, en avant-première et en présence du cinéaste russe, le nouveau film d'Alexandre Sokourov, «Alexandra»,  qui sera dans les salles en septembre. Lors de sa présentation, Sokourov, auteur de chefs d'oeuvre comme « le Soleil » ou «l'Arche russe», projeté dimanche à la Cinémathèque, a souligné que ce film aurait pu être tourné en Irak ou en Afghanistan. De fait, à travers le personnage d'une grand mère russe, interprétée magistralement par Galina Vishhnevskaya, veuve de Rostropovitch (à qui Sokourov a rendu hommage dans sa présentation, car c'était le 40e jour après sa mort), venue rendre visite à son fils officier dans un camp militaire en Tchétchénie, il s'agit d'une réflexion générale sur la guerre. Comme Clint Eastwood dans «Lettres d'Iwo Jima» et dans le même registre sépia, Sokourov montre que la façon dont un tel conflit bouleverse les individus (tant les soldats russes que les habitants tchétchènes, trop peu présents dans le film) est - jusqu'à un certain point - indépendant de la "justesse" de la cause qu'ils défendent. Le fait que le film adopte le "point de vue" russe (comme celui d'Eastwood celui des Japonais pendant la Guerre du Pacifique) n'implique nullement qu'il le considère comme justifié, ou moralement supérieur. D'ailleurs, ce film, dénoncé par certains comme pro-russe, ne montre aucune indulgence vis-à-vis d'une armée montrée comme brutale et n'ayant aucune notion de la réalité qui l'entoure, ni aucune volonté de la comprendre. Bref, un superbe long-métrage salué à la Cinémathèque par une standing ovation, qui aurait mérité à mes yeux de figurer dans le palmarès de Cannes.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Marie 14/06/2007 14:19

Dommage ces gens qui écrivent des livres "historiques" sans avoir l'humilité et l'intelligence à la fois de le faire pré-lire par des acteurs encore vivants

Est-ce que M. Frémion parle d'une certaine "Mademoiselle Petitpas" qui fut candidate à la candidature écolo "face" à Lalonde en 1981 ?

Si ce n'est pas le cas, c'est un scandaaaaaaaale

Pas vrai, Laurent ?

Longue vie à ton blog

L.Samuel 14/06/2007 16:55

P. Petitpas n'est hélas pas citée !merci pour ce commentaire qui concerne Frémion et pas Sokourov...